Soldat Rose les Souchon s'amusent

Soldat Rose Olympia

Après l’Olympia, le conte musical revient avec un album, dont les airs ont été composés par la famille Souchon, et un beau livre illustré.

En cette période de fêtes, on adore les histoires pour enfants. À l’image du Soldat rose 3, qui vient clore une trilogie extraordinaire imaginée par Pierre-Dominique Burgaud. Après Louis Chedid et Francis Cabrel, c’est la famille Souchon, Alain et ses fils Pierre et Charles, dit Ours, qui a composé l’univers musical de ce troisième volet baptisé le Soldat rose à la fabrique de jouets. L’histoire se passe avant le grand magasin et l’orphelinat qui servaient de décors aux Soldat rose 1 et 2, dans l’usine où a été fabriqué le personnage principal de cette merveilleuse aventure.

Au fait, pourquoi, le Soldat rose est-il rose ? « C’est un mystère », sourit Alain Souchon, l’auteur d’Allo maman bobo, qui n’a rien perdu de son âme d’enfant : « Faire le zigoto devant tout le monde, faire de la musique, ça n’a rien à voir avec l’âge, confie-t-il. Regardez Mick Jagger, quand on le voit bouger comme un gamin qui écouterait de la musique trop fort, il a toujours 17 ans. C’est un truc de notre métier qui est comme ça, grâce à la musique. On reste dans le même état d’esprit de regarder les filles, comme des filles qui pourraient nous séduire, même à 73 ans ! (rires). » Le Soldat rose est un joli conte musical raconté au travers d’un album réalisé par Régis Ceccarelli, d’un livre illustré par Robin Feix, de Louise Attaque, et d’un spectacle dont on vient de donner deux représentations exceptionnelles à l’Olympia, en présence d’un casting vocal de choix : Alain Souchon, Jean-Louis Aubert, Sandrine Kiberlain, Renan Luce, Olivia Ruiz, Gaëtan Roussel, Laetitia Casta, Calogero, Hugh Coltman et la comédienne Stéfi Celma (remplaçant Zazie).

« Plutôt que des comptines, on a fait des chansons »

Une troupe emmenée avec humour par le narrateur Édouard Baer, au look de vieux professeur d’école, qui nous plonge dans cette fabrique pleine de poésie, aux jouets animés, où l’on croise une galerie de personnages, Œil de Lynx, Doudou Girache, Bras de Grue, Cro-Boy, un robot, une poupée de chiffon aux yeux rouge, une ballerine, un homme de ménage et même un méchant contrôleur qualité : « Plutôt que des comptines, on a fait des chansons, dit Pierre Souchon. Avec mon frère Ours, on a voulu des arrangements “soleil” pour qu’il y ait des voix enfantines qui puissent facilement être chantées. Ça donne un côté swing, de la gaîté, et retrouve une sorte de mélancolie dans certains morceaux capverdiens où on peut se balader. » Une belle histoire qui se termine aujourd’hui avec ce troisième volet. Reste heureusement l’album et le livre (chez BMG), pour continuer de rêver encore longtemps au Soldat rose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici