Moïse incarné par Charlton Heston dans "Les Dix Commandements" de Cecil B. DeMille

Réalisé en 1956 par le cinéaste américain Cecil B. DeMille , “Les Dix Commandements” est un film épique qui bénéficie d’une histoire fabuleuse, de décors grandioses et d’une distribution prestigieuse. Une superproduction historique et biblique qui met en lumière en plus de 3h30 la vie de Moïse incarné par Charlton Heston. A voir sur Paris Première (en clair), jeudi 9 avril, 20H55. 

Le réalisateur Cecil B. DeMille fit l’admiration de ses contemporains pour les décors colossaux des “Dix Commandements” et sa réussite des scènes intimistes. Le film qui nécessita la présence de plus de 18 000 figurants et demanda 7 mois de tournage est démesuré mais il s’en dégage une réelle poésie. Ce fut surtout une grande réussite financière : 122,7 millions de dollars lors de sa première sortie

Évocation de la vie de Moïse, “Les Dix Commandements” s’ouvrent par une scène où nouveau-né il est trouvé dans un panier sur le Nil (Egypte) par la sœur du pharaon Sethi 1er (*) . Celui-ci avait ordonné  la mise à mort de tous les bébés mâles hébreux, une prédiction annonçant la naissance d’un roi d’Israël. A cette époque, 1300 ans environ avant J-C, les Hébreux étaient retenus en esclavage par les Égyptiens et travaillaient à l’édification des palais et autres monuments pour le pharaon.

Ce très long métrage (3h35) raconte l’histoire de Moïse (Charlton Heston), de ses conquêtes militaires à sa responsabilité de chef des travaux royaux. Se découvrant Hébreux, il rejoindra les siens, sera pourchassé dans le désert, jusqu’à sa révélation dans le Sinaï. Puis, devenu le guide de son peuple, il le mènera à la Mer Rouge qui s’ouvre devant son passage. Une scène titanesque, réalisée sans les effets spéciaux numériques d’aujourd’hui.

La fille du roi, Nefertari (Anne Baxter), est éprise de lui. Ils vont connaître des amours contrariées et impossibles : Moïse est Hébreux et Ramsès (Yul Brynner), fils du pharaon, aime Nefertari. Fin 1955, le réalisateur américain Cecil B. DeMille , décide de faire de cette histoire un film. Ce sera le second sur le sujet puisqu’en 1923 il avait réalisé une première mouture en version muette.

Tourné dans les sables aux environs du Sinaï et aux studios Paramount de Los Angeles, sorti en novembre 1956, il est resté longtemps le film le plus cher jamais produit, au budget pharaonique de 13 millions de dollars de l’époque. Il nécessita la présence de plus de 18 000 figurants et demanda 7 mois de tournage éprouvant. Cecil B. DeMille fut victime d’une crise cardiaque lors de sa réalisation. Il revint sur les plateaux (malgré l’avis médical) après quelques jours d’arrêt. Mais il mourra 3 ans plus tard alors qu’il assurait la direction des “Boucaniers” (film de corsaires) et c’est l’acteur Anthony Quinn, son gendre, qui le termina.

Pour “Les Dix Commandements il fit jouer ses comédiens comme au théâtre ainsi qu’il l’annonce lui-même en avant-propos du film : “je raconte une histoire“. Une histoire pour laquelle il utilisa le Technicolor, ce qui en fait un des plus grands coloristes du cinéma américain et tourna en VistaVision plutôt qu’en Cinémascope.

Cecil B. DeMille fit l’admiration de ses contemporains pour ses décors colossaux et la réussite des scènes intimistes de cette superproduction historique et biblique. Au final, le spectacle est démesuré mais il s’en dégage une réelle poésie. Ce fut surtout une grande réussite financière : 122,7 millions de dollars lors de sa première sortie. Ce sera la réalisation la plus lucrative de l’année 1956, le second plus gros rapport de la décennie et, d’après le Guinness des Records, le 7ème plus gros succès de tous les temps.

Le film bénéficie d’une distribution prestigieuse. Charlton Heston a les traits du Moïse de Michel Ange, hiératique, effrayant de certitudes, Yul Brynner en Ramsès II est déterminé et cruel, Anne Baxter, Nefertari, son amour de jeunesse, Yvonne de Carlo, son épouse, est belle et sensuelle… Un monument du cinéma !

Texte Jane Hoffmann

  • “Les Dix Commandements” de Cecil B. DeMille  avec Charlton Heston, Yul Brynner, Anne Baxter, Edward G. Robinson, Yvonne de Carlo, John Derek, etc… sur Paris Première (en clair) jeudi 9 avril à 20h55

(*) Sethi 1er, pharaon de la 19ème dynastie

Sethie 1er régna selon les écrits durant 15 ou 17 ans. Père de Ramsès II, il est surtout célèbre pour ses campagnes militaires – il repoussa à l’Est les Hittites, à l’Ouest les Lybiens – et fit construire de nombreux temples et sanctuaires, son palais et même son tombeau de plus de 100 m de long, qui fut découvert en 1817 par Belzoni archéologue italien. Il fit également rouvrir et fructifier les mines d’or du Sinaï et de Nubie. Il mourut à l’âge de 50 ans environ. Sa momie, l’une des mieux conservée, est au Musée des antiquités du Caire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.