L'amant de lady chatterley
Holliday Grainger et James Norton dans "L'Amant de Lady Chatterley" de Jed Mercurio

Télé. Le film de Jed Mercurio «L’Amant de Lady Chatterley» d’après le célèbre roman de D.H.Lawrence, est une histoire aux effluves de souffre. Un livre qu’on lisait en cachette de ses parents, mais qui permettait de comprendre la sexualité des adultes et de mieux connaître ce qu’est une attirance charnelle. Une romance amoureuse osée et moderne pour l’époque, entre une aristocrate et son garde-chasse, adaptée pour la BBC en 2015. A voir sur Chérie 25 samedi 12 juin à 21:05

lady chatterley
Holliday Grainger et James Norton dans « L’Amant de Lady Chatterley » de Jed Mercurio

Constance Chatterley (Hollyday Grainger) est mariée à un Lord, grand propriétaire terrien, (James Norton). Revenu grièvement blessé de la guerre de 14-18, paralysé et sexuellement impuissant, il délaisse son épouse. Elle connaît alors une existence monotone auprès d’un époux indifférent. A cela s’ajoute une frustration sexuelle certaine qui pousse la jeune femme à regarder son garde-chasse, Oliver (Richard Madden), d’une autre façon. Elle se sent attirée par lui. Ils entament une relation d’abord charnelle qui deviendra au fil des jours réellement amoureuse. Puis, Constance sera enceinte.

Le beau roman de D.H. Lawrence «L’Amant de Lady Chatterley» a été publié en 1928 à Florence où l’écrivain vivait, mais n’a été diffusé en Angleterre qu’en 1960 (1). Sa publication  a provoqué un énorme scandale à cause de la description minutieuse, détaillée, des scènes d’amour, du vocabulaire jugé grossier et vulgaire, mais également parce que la jeune femme trompait son époux (un Lord) avec son garde-chasse, évidemment de classe inférieure.


«L’Amant de Lady Chatterley», une héroïne moderne


L’éditeur fut mis en procès pour obscénité. Le livre servit tout de même de test pour une nouvelle loi promulguée en 1960, qui pouvait permettre aux éditeurs accusés de grossièreté, d’échapper à une condamnation s’ils démontraient que l’ouvrage avait une valeur littéraire. Le verdict prononça l’acquittement et fit jurisprudence, ouvrant enfin la voie à une certaine liberté d’expression.

L’adaptation (2015) de Jed Mercurio, produite par la B.B.C. est relativement osée et assez nouvelle pour le petit écran, même si D.H. Lawrence faisait déjà ressortir dans son récit que le choix d’aimer son domestique était pleinement assumé par l’héroïne.



L’histoire fut portée à l’écran une première fois en France, en 1955, avec Danielle Darrieux mais le film fut interdit aux U.S.A. jusqu’en 1959. Plusieurs téléfilms ont ensuite été réalisés, dont celui de Ken Russell (1993) diffusé en quatre parties, avec Sean Bean et Joely Richardson, dans lesquels il était difficile de montrer ce que décrit de manière audacieuse, mais avec une poésie certaine, D.H. Lawrence, lequel restera un des plus grands écrivains du 20ème siècle….

lady chatterleyLa précédente version signée Ken Russell avec Sean Bean avait rassemblé en 1993, au Royaume-Uni, 12 millions de téléspectateurs. Celle de Jed Mercurio visait à dépasser un autre téléfilm à succès «Down Town Abbey». Ce ne fut pas tout à fait le cas, les aristocrates fortunés, au parler sage, et leur domesticité, mis en avant dans la fiction, ont remplacé la belle histoire d’amour contrariée. Les temps avaient changé, Lady Chatterley, au début du 20ème siècle, a tenté d’imposer son amour au grand jour après la tuerie de 14-18, mais en 2015, plus rien – ou presque – n’est osé ni caché… «Down town Abbey» est resté numéro 1, pour une période en tout cas.

Jane Hoffmann

  • A voir : «L’Amant de Lady Chatterley» (2015) de Jed Mercurio avec Richard Madden, Holliday Grainger, James Norton, sur Chérie 25 samedi 12 juin à 21:05

(1) David Herbert Lawrence est mort en 1930 et n’a pas connu l’édition de son roman dans son pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.