l'aterlier des lumières, exposition monet, renoir, chagall, voyage en mediterrannee
Claude Monet, Antibes, 1888, huile sur toile, Samuel Courtauld Trust, The Courtauld Gallery, London © Bridgeman Images

Exposition. Une fois n’est pas coutume, l’Atelier des lumières, à Paris, n’a pas mis à l’honneur un à deux grands artistes, comme il le fait habituellement… Mais une vingtaine ! Surfant sur le thème de la Méditerranée, la nouvelle exposition ” “Monet, Renoir… Chagall. Voyages en Méditerranéeinstallée dans les murs de l’ancienne fonderie propose un voyage immersif dans l’histoire de la peinture française du 19ème et 20ème siècle, des impressionnistes au pointillisme et au fauvisme.

En sept séquences et une quarantaine de minutes, le visiteur est emporté d’un courant artistique à un autre : de l’impressionnisme avec Monet et Renoir, au pointillisme avec Signac et Cross, en passant par le fauvisme avec Camoin, Derain, Vlaminck, Marquet, sans oublier Matisse… 

Monet, Renoir… Chagall”… Que vient faire le plus grand coloriste de l’art moderne avec les pères de l’impressionnisme ? La réponse tient en un mot : Méditerranée. Avec l’arrivée du chemin de fer en France à la fin du 19ème siècle, les Impressionnistes ont pu quitter Paris et les ciels gris de Normandie pour le littoral, de Collioure à St Tropez. La nouvelle création immersive de l’Atelier des Lumières s’efforce de montrer comment leurs personnalités artistique se sont révélées au contact de ces paysages maritimes et comment s’est progressivement inventée la modernité picturale… D’où Chagall ! Sans la Grande Bleue, l’histoire de la peinture française aurait-elle connu la même trajectoire ? Il est permis d’en douter. A mesure que les œuvres défilent sur les murs de l’ancienne fonderie, le spectateur assiste ébahi à la naissance de couleurs toujours plus chatoyantes qui dépassent parfois celles de la réalité.

En sept séquences et une quarantaine de minutes, le visiteur est emporté d’un courant artistique à un autre : de l’impressionnisme avec Monet et Renoir, au pointillisme avec Signac et Cross, en passant par le fauvisme avec Camoin, Derain, Vlaminck, Marquet, sans oublier Matisse ! L’exposition immersive retrace également la fascination pour la Méditerranée de Bonnard et Dufy, pour arriver enfin à Chagall. Au final, ce sont plus de 500 œuvres dispersées aux quatre coins du monde qui apparaissent, dansent, s’étirent,… à 10 mètres de haut, grâce à la magie du numérique. La bande son a également été soignée. Musique classique, valse musette, jazz, rock,… accompagnent les déambulations des peintures qui prennent vie le temps de quelques notes.

En parallèle deMonet, Renoir… Chagall. Voyages en Méditerranée, une seconde exposition immersive d’une dizaine de minutes fait écho à cet hommage à la Grande Bleue. “Yves Klein, l’infini bleu” met à l’honneur cet artiste majeur du 20ème siècle à travers 90 œuvres et 60 images d’archives. Un tsunami de bleu envahit l’espace (seul le plafond de l’ancienne fonderie est épargné) avant de laisser place à l’or, couleur de la splendeur divine, puis à d’autres paysages oniriques.

L’exposition se conclut par “Journey”, un voyage expérimental de 4 minutes autour de la naissance des photons, l’un des éléments primaires de la lumière.

Texte Sandra Franrenet

Lire: Expo. “Van Gogh, la nuit étoilée”, voyage numérique au cœur de sa peinture

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.