ma jian ecrivain chinois
L'écrivain chinois Ma Jian. Photo Claude Gassian Flammarion

Roman. Écrivain chinois dissident et exilé à Londres, Ma Jian revient avec “China Dream”. Un roman douloureux pour dénoncer la tyrannie.

L’écrivain chinois Ma Jian vit en exil à Londres depuis 1997. Depuis un long moment, il trimbale l’étiquette de dissident. Et, une fois encore avec “China Dream”, il pointe, vise, pulvérise, atomise le régime de Beijing

         couverture livre china dream de ma jian De son exil londonien, il ne mâche pas ses mots. Né le 18 août 1953 à Qingdao (dans la province du Shandong, à l’est de la Chine), Ma Jian affirme : “Le rôle de l’écrivain consiste à sonder les ténèbres et par-dessus tout à dire la vérité. J’ai écrit ce roman motivé par ma colère contre les fausses utopies qui asservissent et infantilisent la Chine depuis 1949″. Ce roman dont il parle, c’est “China Dream” – un beau et grand texte paru originellement en VF en janvier 2019 chez Flammarion.

         Ma Jian vit donc en exil dans la capitale britannique depuis 1997. Depuis un long moment, il trimbale l’étiquette de dissident. Et, une fois encore avec “China Dream”, il pointe, vise, pulvérise, atomise le régime de Beijing, ce régime en place depuis 1949 avec le PCC (Parti communiste chinois). Avant de se consacrer à l’écriture, il a été photojournaliste et peintre– en 1983, il est arrêté, ses peintures étant jugées “trop sombres”.

Dès lors, il passe à l’écriture et signe un premier roman drôle et incisif, “La mendiante de Shigatze” (1987). Suivront “Chemins de poussière rouge” (1999), “Beijing coma” (2008), “La route sombre” (2012)… et maintenant, ce “China Dream”. Le rêve chinois… Ce rêve imaginé par le président Xi Jinping, entre fiction et réalité, raconté sous la forme d’une fable furieusement cruelle. Comme les précédents textes de Ma Jian, ce livre est évidement interdit en Chine et le nom de l’auteur est gommé des listes officielles des écrivains chinois et ne peut pas être cité dans la presse du pays…

Dans un entretien à une agence de presse, Ma Jian a confié avoir “écrit ce livre motivé par ma colère contre les fausses utopies qui asservissent et infantilisent la Chine depuis 1949 “. Et d’ajouter : “En Chine, la seule histoire autorisée est celle écrite par le Parti… Pour cette raison, mon livre est terrifiant pour le pouvoir de Beijing…”

“China Dream” fait référence au slogan du président Xi Jinping sur le “rêve chinois” de “grande renaissance” de la nation chinoise. Mais l’auteur est suffisamment pertinent pour jouer avec les mots, avec la littérature. Et imaginer une fable aussi satirique que pétillante pour pointer, dénoncer le régime communiste en place 

ma jian ecrivain chinois
Ma Jian

Le héros de “China Dream” s’appelle Ma Daode, il est haut fonctionnaire en fin de carrière. Son quotidien, c’est vivre dans un duplex spacieux avec sa femme, ne se refuser aucun plaisir, envoyer des SMS à ses maîtresses nombreuses.

Mais cet homme n’est qu’en apparence heureux. Quand il se souvient de sa jeunesse révolutionnaire, c’est une autre histoire. Il était membre des Gardes rouges pendant la Révolution Culturelle qui a commencée en 1966 mais en a été viré à cause d’un père “droitier” et d’une mère qui bossait pour une famille d’étrangers. Ses parents ont mis fin à leur jour après avoir été dénoncé par leur fils… A l’aube de sa vie, Ma Daode est dévoré par la culpabilité alors que son job de haut fonctionnaire est de combattre l’individualisme et le rêve… Un roman douloureux pour dénoncer la tyrannie.

Texte Serge Bressan

“China Dream”  de Ma Jian. Traduit par Laurent Barucq. J’ai Lu, 220 pages, 7,40 €.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.