stephan eicher ode
Stephan Eicher (c) Annik Wetter/Barclay

[Musique] Stephan Eicher revient avec « Ode », un album de 12 chansons cartes postales aux mille couleurs et vertiges, où le chanteur nous embarque sur le radeau de ses émotions et embrasse la vie entre folk-rock, poésie et mélancolie. Un disque à découvrir en live à la Cigale à Paris, du 18 au 23 janvier et en tournée.


Stephan Eicher sort « Ode »: l’hymne à la vie du chanteur suisse


stephan eicher ode
Stephan Eicher (c) Annik Wetter/Barclay

Le confinement et la pandémie ont laissé des traces en chacun de nous, comme dans le cœur blessé de Stephan Eicher. Le chanteur suisse se souvient de cette morne période et de son étrange paysage dans « Sans contact », chanson d’ouverture de son nouvel album qui nous emporte sur le radeau de ses émotions : «Sans contact/enfermés dans nos sacs/A moitié fous/Nous manquions de tout » chante-t-il. Avec « Ode », il entend rouvrir grand les portes de nos prisons, pour embrasser la vie.

L’auteur de « Déjeuner en paix » et de « Taxi Europa », invite à un voyage en terre de poésie, de mélancolie et de douces mélodies. Un registre aux textes signés par des amis, le fidèle Philippe Djian et Martin Suter. L’occasion pour Eicher de dire son envie de vivre et de faire bouger les lignes dans la lumineuse « Le plus léger au monde » : «Je veux être à nouveau surpris/je veux être étonné/comme le premier des hommes/Je veux me retrouver/Debout avec des yeux nouveaux ».

Le chanteur se sentirait presque plus serein, prêt à un nouveau départ dans ce monde qui nous empêche si souvent de respirer : « C’est par moi qui serre/Autour de ton cou/C’est dans l’atmosphère/C’est bien fait pour nous » dit-il dans  l’émouvante « Autour de ton cou », ajoutant dans (« Doux dos ») : «Entre sombre, abstinence/Entre l’envie et le dégoût/Ne me dis plus qu’on avance/Quand tout s’effondre devant nous ».



Stephan Eicher ouvre ses bras pour célébrer la joie et l’existence à travers 12 chansons cartes postales aux mille couleurs et vertiges, comme pour mieux mettre à mal la sinistrose. Un album où les ambiances tourbillonnent et se mêlent sur fond de piano, guitares folk-rock, cordes et accordéon.

Entre « Rêverie », « Orage » et « Eclaircie », Eicher continue ainsi de regarder vers l’horizon, pour y tenter de trouver l’espoir. Un répertoire éminemment sensible qui tend la main à tous les « Cœurs solitaires ». «Ouvrons la cage/et envolons-nous » chante Eicher en conclusion, des mots qui jettent une lumière bienfaisante dans nos nuits noires « Si vous aimez un faux chanteur de soul, une ex-rock star avec ses guitares, si vous êtes un peu mélancolique, c’est votre disque. » sourit-il. Et c’est ainsi qu’Eicher est grand. Un album qu’il dévoilera à la Cigale à Paris du 18 au 22 janvier 2023, puis en tournée.

Victor Hache

  • Album « Ode » de Stephan Eicher (Barclay/Universal). En tournée à partir du 7 janvier 2023

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.