bande dessinee we culte
"LE DERNIER ATLAS" T3 - VEHLMANN, BONNEVAL, TANQUERELLE, BLANCHARD - PHOTO © VEHLMANN, DE BONNEVAL, TANQUERELLE, BLANCHARD©DUPUIS, 2021

Bande dessinée We Culte. Une des caractéristiques de la BD, c’est qu’elle offre des formats exceptionnels. Les auteurs peuvent dans la longueur construire un récit dense, détaillé mais garder un rythme plaisant pour nous faire voyager entre cases et mots. Voici nos quatre coups de cœur de la rentrée : « Le Dernier Atlas » de  Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval, dessiné par Hervé Tanquerelle et Fred Blanchard, « 1984″ de Frédéric Pontarolo, « Idiss » de Malka Blanchard et Fred Bernard et « Claude Gueux » de Séverine Lambourg et Benoît Springer.


Bande dessinée We Culte : nos quatre coups de cœur de la rentrée


Bande dessinee we culte
Le dernier Atlas par Blanchard Croix de Bonneval Tanquerelle Vehlmann © Dupuis 2021

LE DERNIER ATLASEd Dupuis

« Le Dernier Atlas » est une série en 3 tomes parus entre Avril 2019 et Septembre 2021. Chaque volume se compose de plus de 200 planches. L’histoire est chorale, uchronique et passionnante. Le quatuor d’auteurs Blanchard, de Bonneval, Tanquerelle et Vehlmann font converger plusieurs destins vers un climax et un dénouement que nous découvrirons dans les dernières pages du 3ème opus.

Mais revenons au début, dans les premières planches de cette saga, on fait connaissance avec Ismaël Tayeb qui est lieutenant dans un gang criminel. Son grand patron lui donne un ordre qu’il ne peut refuser : trouver une pile nucléaire… Pour cela il va devoir remettre en marche et voler le dernier Atlas, un de ces immenses robots français qui géraient des constructions titanesques jusqu’au milieu des années 70, mais qui, suite à un grave incident à Batna durant la guerre d’Algérie, ont tous été démantelés à l’exception du George Sand. Au même moment, Françoise Halfort, ex- reporter de guerre, se retrouve confrontée dans le parc de Tassili à un phénomène écologique et sismique sans précédent qui va bouleverser l’équilibre du monde. Un UMO, un condensé d’énergie polymorphe, semble avoir autant d’aspects positifs qu’il ne représente un danger pour notre civilisation.

Au fil des 700 pages de l’œuvre complète, les histoires vont s’imbriquer, les chemins se croiser et les mystères assombrir la destinée de notre planète.

Cette série est une vraie enquête policière, mais également un manifeste pour l’écologie et les dangers des projets pharaoniques que pourraient porter certains gouvernements.

On aime le rythme qui, s’il baisse légèrement dans le 2ème tome retrouve dans le dernier volume la précision et la fougue du premier. Les situations peuvent donner le frisson comme l’accident nucléaire sans précédent autour duquel s’articulent la fin de l’histoire, mais le récit est empreint d’un humour (François Fillon est le Président Français !) et d’un optimisme qui réchauffent nos doutes.

Graphiquement, les pages sont très dynamiques, les cadrages toniques pour accompagner cette histoire qui se déroule à travers plusieurs continents. Les personnages se livrent avec sincérité pour rendre cette série inoubliable.

  • «Le Dernier Atlas» T1 à 3 – Blanchard Croix de Bonneval Tanquerelle Vehlmann – Ed Dupuis

LIRE AUSSI : Interview. Jean-Marc Rochette, la bande dessinée au cœur de l’Oisans


bd 19841984 – Ed Michel Lafon

Le récit d’Orwell a été adapté de nombreuses fois en BD en ce début 2021. L’interprétation qu’en livre Frédéric Pontarolo apporte une dimension supplémentaire. Si Big Brother est égal à lui-même avec son omniprésence, le héros nous est présenté sous un jour différent. Winston Smith, employé au ministère de la Vérité, chargé de réécrire l’histoire afin qu’elle s’accorde avec la version officielle, tombe amoureux de Julia, rencontrée lors des Deux Minutes de la Haine. C’est sur cette articulation que Pontarolo nous livre son adaptation fidèle au récit du roman, mais également très orientée. Graphiquement des astuces de mise en page nous font réellement plonger dans l’univers obsédant du Londres totalitaire de 1984.


LIRE AUSSI : BD. «Sur un air de fado» de Nicolas Barral : Lisbonne sous la dictature


bd idissIDISS – Ed Rue de Sèvres

Robert Badinter est un homme politique célèbre pour ses engagements humanistes. Son roman, qui a donné lieu à cette adaptation en BD, nous donne les clés des orientations de sa vie. A travers le destin exceptionnellement éprouvant de sa grand-mère maternelle, on réalise comment les évènements peuvent marquer à jamais des êtres humains. L’arbre généalogique qui ouvre le récit est incomplet, fait de branches interrompues. C’est avec les larmes aux yeux que nous arrivons aux dernières pages de ce témoignage émouvant.


Bande dessinée We Culte : nos quatre coups de cœur de la rentrée


bd claude gueuxCLAUDE GUEUX – Ed Delcourt

Le récit de Victor Hugo trouve une nouvelle dimension à travers l’adaptation proposée par Lambourg et Springer. On y suit les mésaventures dramatiques de Claude, un homme intelligent et honnête. Au début du 19ème siècle il ne peut nourrir dignement sa famille. Alors il commet un acte qui le conduit en prison. S’en suivra une inéluctable descente vers l’injustice fatale. Laissant une large place aux dessins, ce récit sombre permet au lecteur de trouver les détails portés par les mots de Hugo. La mise en page sur fond noir glace le sang par sa rudesse et sa précision.

  • «Claude Gueux» – Lambourg Springer – Ed Delcourt

Sélection Christophe Ravet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.