charles bukowski sur l'alcool
Charles Bukowski

Livre. Après une anthologie sur l’écriture puis un recueil de poèmes tonitruants, voici “Sur l’alcool”, un nouveau et délicieusement enivrant recueil de textes et dessins de Charles Bukowski, le plus grand boit-sans-soif de la littérature américaine.

Âme imbibée à l’alcool dur, hésitant en permanence entre la pratique de l’art et le suicide programmé, l’écrivain américain Charles Bukowski a toujours considéré la bouteille comme une longue vue- et c’est ainsi qu’il a, pendant tant et tant d’années, scruté au plus près l’Amérique des déchus et du spleen

charles bukowski Et le voici, le livre à avaler cul-sec ! Au nom de l’amour et de l’art, on lit : ” Je suis assis devant ma machine à écrire / dans l’attente d’être bourré / ma copine qui fait des sculptures / voudrait en faire une de moi / à poil et bourré / une bouteille à la main “… Le plus grand boit-sans-soif de la littérature américaine est à la manœuvre- en cet août 2020, Charles Bukowski– né en Allemagne, arrivé aux Etats-Unis à l’âge de 2 ans, aurait eu 100 ans. Si l’on part toutefois du principe que la dive bouteille conserve son homme !

Qu’importe, on se glisse dans ce recueil nouveau, anthologie de textes inédits du grand ” Buk” simplement titrée “Sur l’alcool”. Au moins, il n’y a pas tromperie sur la marchandise avec notre poivrot céleste préféré qui expliquait : “S’il se passe un truc moche, on boit pour essayer d’oublier. S’il se passe un truc chouette, on boit pour le fêter et s’il ne se passe rien, on boit pour qu’il se passe quelque chose”, et qui ajoutait : “La picole, c’est un truc intense. Ça vous extrait de la normalité du quotidien, ça vous fait oublier le côté répétitif des choses. Ça vous fait quitter votre corps et votre esprit pour vous jeter contre le mur”

Auteur de textes définitifs comme “Contes de la folie ordinaire”, “Pulp”, “Women” ou encore “Journal d’un vieux dégueulasse”, Bukowski n’a jamais mis d’eau dans son vin, assurant qu’il ne pensait pas que “l’alcool détruise les écrivains. Je pense qu’ils sont détruits par l’autosatisfaction…”

Dans une vie agitée entre boires et déboires, il écrira : “J’étais maqué avec une autre. On vivait au 2ème étage, fenêtre sur cour et je bossais. C’est ce qui m’a presque tué : picoler toute la nuit et trimer toute la journée. Il m’arrivait parfois de fracasser une bouteille contre la fenêtre, toujours la même. J’amenais ensuite la fenêtre chez le vitrier au coin de la rue pour la faire réparer, pour qu’il mette un panneau de verre. Ça me prenait environ une fois par semaine. Le type me regardait avec un drôle d’air, mais il empochait toujours mon fric, ce qui semblait lui convenir. Je picolais sévère et de façon régulière, depuis 13 ans…”

Âme imbibée à l’alcool dur, hésitant en permanence entre la pratique de l’art et le suicide programmé, l’écrivain américain a toujours considéré la bouteille comme une longue vue- et c’est ainsi qu’il a, pendant tant et tant d’années, scruté au plus près l’Amérique des déchus et du spleen. Et alors, comment refuser un dernier verre de Bukowski ? Impossible, on lira jusqu’à la dernière goutte. Jusqu’à la dernière ligne d’un recueil délicieusement enivrant.

Serge Bressan

charles bukowski
Charles Bukowski

L’auteur Charles Bukowski

   Né le 16 août 1920 à Andernach (Allemagne) d’un père soldat américain et d’une mère allemande, Charles Bukowski est arrivé aux Etats-Unis à l’âge de 2 ans. Il a été élevé à Los Angeles où il a vécu plus de cinquante ans. Autodidacte, auteur d’une œuvre multiple et transgressive qui a commencé véritablement en 1969 avec “Journal d’un vieux dégueulasse”– recueil de nouvelles et chroniques publié à San Francisco par Lawrence Ferlinghetti, portant la voix des misérables de l’Amérique et devenu une influence mondiale, il est mort en Californie le 9 mars 1994 à 73 ans, peu de temps après avoir achevé son dernier roman, “Pulp”.

En 2017, Au Diable Vauvert a publié “Sur l’écriture”, une anthologie de lettres où l’auteur évoquait son rapport à la création et à la poésie, suivi en 2019 de “Tempête pour les morts et vivants”, recueil de poèmes tonitruants, deux livres qui ont précédé le tout nouveau “Sur l’alcool”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.