l'exposition
L'exposition "Bowie Odyssée" enfin ouverte. (photo) Gavin Evans

Initialement présentée en 2018 à Saint-Etienne, sous une version différente, sur le site de la Cité du Design, dans le cadre de la 40ème édition du Rhino Jazz(s) Festival, l’exposition « Bowie Odyssée » est enfin ouverte au public. Attendue à Paris cet hiver et  reportée en raison de la crise sanitaire, elle ouvre ses portes dans la capitale. Pour l’occasion, un plancher éphémère a été installé au-dessus des fauteuils de la mythique salle du Palace.


Au fil d’une visite parfaitement balisée de vitrines installées par ordre chronologique, on peut ainsi suivre les multiples évolutions artistiques et physiques de David Bowie, cet artiste caméléon au parcours d’une exceptionnelle longévité. Au total, pas moins de mille pièces rares, voire uniques sont rassemblées, toutes issues de collections privées


l'exposition "bowie odyssee" enfin ouverte
L’exposition « Bowie Odyssée » enfin ouverte.

Sous-titrée « 50 ans de fanmania« , l’exposition «Bowie Odyssée» (dont le commissaire est Eric Tandy) est le fruit d’une foisonnante moisson parcourant les 50 ans de carrière de David Bowie. Et le terme d’odyssée n’a pas été choisi par hasard puisque, dès l’entrée, les visiteurs sont immédiatement plongés dans l’univers de celui qui s’est fait connaître avec « Space Oddity« , en 1969.

Au total, pas moins de mille pièces rares, voire uniques, toutes issues de collections privées, celles de Yves Gardes et Jean-Charles Gautier. Ce dernier a d’ailleurs eu l’occasion d’échanger directement avec son idole.

L'exposition "Bowie Odysée" ouverte
L’exposition « Bowie Odyssée » enfin ouverte. Acte de naissance de David Bowie (c) Niko Rodamel

Au fil d’une visite parfaitement balisée de vitrines installées par ordre chronologique, on peut ainsi suivre les multiples évolutions artistiques et physiques de cet artiste caméléon. Un artiste qui, outre un parcours d’une exceptionnelle longévité dans la musique, a également joué au théâtre, au cinéma, tout en s’intéressant à l’art. « Ce que je voulais, c’est être peintre, plus que toute autre chose » confiait-il à Michel Drucker dans l’un des extraits d’interviews (archives de l’INA) à suivre sur des écrans disséminés dans la salle.

Sur de grands panneaux, des pochettes de 45 T du monde entier témoignent de la popularité du chanteur, auteur et compositeur, tandis que des affiches de films et programmes de théâtre rappellent qu’il fut aussi comédien.



L'exposition "bowie odyssée" enfin ouverte.
L’exposition « Bowie Odyssée » enfin ouverte © Niko Rodamel

L’exposition « Bowie Odyssée » enfin ouverte

Les fans et les curieux s’arrêteront sans doute un peu plus longtemps pour apprécier des objets et documents passionnants comme l’original de l’extrait de naissance de David Robert Jones, le 8 janvier 1947, à Brixton, la partition de « Liza Jane« , l’un des premiers morceaux composés par Bowie, sorti en juin 1964 sous le nom de David Jones & The King Bees, le stylophone (un mini synthétiseur avec stylet) utilisé sur la chanson « Space Oddity« , le symbolique éclair rouge et bleu zébrant le visage maquillé de l’artiste sur la pochette d’« Aladdin Sane« (en 1973).

On y voit également un disque pirate enregistré pendant la tournée britannique en 1976, le livret de présentation de la pièce « Elephant Man« , les coupures de presse, dont la couverture du magazine américain Rolling Stone, couvrant sa première tournée aux Etats-Unis et au Japon (fin 1972 et début 1973), la pochette de l’album « Low« , considéré comme un chef-d’œuvre de la pop moderne et dont la moitié des morceaux sont instrumentaux… Ainsi que des tickets de concerts, des accès backstage, des pins, gobelets, boites d’allumettes, boucle de ceinture et autres matériels promotionnels à l’effigie de l’artiste.

l'exposition bowie odyseee" enfin ouverte
L’exposition « Bowie Odyssée » enfin ouverte (c) Niko Rodamel

A l’issue de la visite, il ne faut surtout pas rater l’espace bonus réunissant compilations et raretés comme cette photo de 1973 où Bowie est attablé à la terrasse d’un café près de la Gare du Nord, le disque souple offert aux lecteurs d’un numéro du journal Libération ou encore l’illustration du film de Tony Scott « Les Prédateurs » en 1983, tourné aux côtés de Catherine Deneuve.

Sans oublier le vaste espace discothèque de Radio France qui participe à l’évènement en présentant des pochettes de 33 T et de 45 T, issues de ses archives. A noter enfin que des concerts et hommages sont prévus, en marge de l’exposition.

Annie Grandjanin

  • Exposition « Bowie Odyssée » Au Palace, 8, rue du Faubourg Montmartre, 75009 Paris ,      jusqu’au 31 août 2021, du mardi au vendredi, de 12 h à 21h, le samedi de 10h à 21h et le dimanche de 10h à 19h (ouverture les lundis durant les vacances scolaires). Pass journée à 14 Euros, tarifs réduits à 12 Euros et 10 Euros (pour les groupes à partir de 10 personnes).
  • Suivez les chroniques culturelles d’Annie Grandjanin sur :  annieallmusic.blogspot.com

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.