etats généraux festivals avignon
Le Palais des Papes, lieu emblématique du festival d'Avignon. Photo CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE

Festivals. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, en visite jeudi et vendredi à Avignon où le festival n’a pu se tenir cette année, a annoncé que les Etats généraux des festivals auraient lieu “tout de suite après l’été” dans la Cité des Papes.

Roselyne Bachelot:Maintenant, il faut se projeter dans un modèle viable de festival. Car il y a eu, bien sûr, un effet crise mais la crise a eu aussi pour conséquence de révéler un certain nombre de difficultés structurelles des festivals”

roselyne bachelot
Roselyne Bachelot. photo JP PARIENTE/SIPA

Alors que la crise sanitaire a coûté 25% de chiffre d’affaires au monde de la culture, touchant particulièrement le spectacle vivant (-72%) et le patrimoine (-36%), la ministre de la culture Roselyne Bachelot en déplacement jeudi et vendredi à Avignon, a annoncé que les Etats Généraux des festivals auraient lieu “tout de suite après l’été” dans la Cité des Papes : “Ce sera à Avignon, c’est sûr. La date n’est pas encore calée (…) (L’actuel directeur du festival d’Avignon) Olivier Py est tout à fait partie prenante dans cette affaire”, a déclaré la ministre dans un entretien au quotidien La Provence.

Lundi, le ministère de la culture avait annoncé la création d’un fonds doté de 800.000 euros pour soutenir les théâtres du Festival Off d’Avignon, fragilisés par l’annulation du festival en 2020 en raison du contexte sanitaire. Après la gestion de l’urgence, “maintenant, il faut se projeter dans un modèle viable de festival. Car il y a eu, bien sûr, un effet crise mais la crise a eu aussi pour conséquence de révéler un certain nombre de difficultés structurelles des festivals”, souligne la ministre.

“Ces États généraux des festivals vont donc être l’occasion de se projeter dans l’avenir avec des ateliers qui seront là pour envisager aussi une meilleure coopération des territoires, comment les grandes institutions festivalières peuvent irriguer davantage les territoires”, explique Mme Bachelot. “Je veux irriguer aussi des petites structures qui ont besoin de l’État pour vivre, en partenariat avec les régions. On ne peut pas non plus réclamer une intervention de l’État uniquement en voulant la “territorialisation” des politiques culturelles”, indique-t-elle.

Texte Victor Hache

(avec AFP)

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.