christophe
Christophe (Photo by Jerome De Perlinghi/Corbis via Getty Images)

Livre. Le 16 avril 2020, Christophe mourrait, terrassé par un emphysème compliqué par la Covid-19. Un an plus tard, le chanteur « beau bizarre » se glisse en librairies avec « Vivre la nuit, rêver le jour »- un livre de souvenirs selon l’éditeur mais qui pose tant et tant de questions sur son authenticité…

Qui a écrit ce texte dans lequel proches et ami.e.s n’ont pas reconnu le chanteur des mots bleus et des paradis perdus ? Le doute sur l’authenticité de ce livre plane. Un livre qui, malheureusement à sa lecture, propose, à travers ses différents chapitres, le portrait particulièrement antipathique de Christophe

christophe
Christophe (Photo Jerome De Perlinghi/Corbis via Getty Images)

A des proches et des ami.e.s, il répétait souvent ne pas vouloir vivre dans le passé. Dans son passé. Les souvenirs, très peu pour lui… Pourtant, un an après son départ à jamais ce 16 avril 2020 à 74 ans terrassé par un emphysème compliqué par la Covid-19, Christophe est de retour en librairies avec un livre titré «Vivre la nuit, rêver le jour» et publié par l’éditeur parisien Denoël. Sur la couverture, en bas, on peut lire : « Souvenirs», ce mot qui agaçait pour le moins l’homme aux dix-sept albums studio, le chanteur populaire et esthète, le collectionneur et le chercheur en quête permanente de l’objet ultime, du son ultime.

Dans la foulée d’extraits publiés dans un hebdomadaire et avant même la parution dudit livre, la rumeur est allée, sans cesse grandissante : qui a écrit ce texte dans lequel proches et ami.e.s n’ont pas reconnu le chanteur des mots bleus et des paradis perdus ? «Y a-t-il une femme derrière cette histoire ?», se demande un fan alors que d’autres appellent au boycott dudit livre et que la chanteuse Michèle Torr, avec qui il a vécu dans les années 1960 et eu un enfant, est catégorique : «Je ne pense pas que ces Mémoires soient de la main de Christophe. Je sais même par un ami commun que ce livre n’était pas commencé quand il est décédé».

Qui a dirigé l’opération premier anniversaire avec la réédition de l’album «Bevilacqua» (sorti le 3 mai 1996 avec, entre autres, les chansons « Rencontre à l’as Vega » et «Je cherche toujours ») et la parution du livre «Vivre la nuit, rêver le jour»? Sa femme, qu’il a épousée en 1971, dont il était séparé depuis une vingtaine d’années, ne se cache pas pour évoquer «l’amour de sa vie» (sujet du livre qu’elle envisage d’écrire) et raconter « son» Christophe, lequel en privé la surnommait «la mante religieuse»… Une éditrice indépendante assure avoir travaillé le texte. Un journaliste qui se dit incorruptible confie avoir récupéré un manuscrit, à la demande de Christophe, pour le compléter, lui donner de la chair. Une attachée de presse laisse courir l’info selon laquelle elle a, elle aussi, travaillé sur le livre…

Interrogée, la maison d’édition n’a pas répondu. Certains affirment que «Vivre la nuit, rêver le jour» avait été commandé en 2011 (ou 2012) par Flammarion à Christophe qui aurait, alors, reçu un à-valoir de plus de 20 000 euros. D’autres confient que Flammarion a cédé le manuscrit à Denoël qui finalement l’a publié le 7 avril dernier. Le doute sur l’authenticité de ce livre plane– une seule certitude : Christophe ne voulait en aucun cas un livre de souvenirs- il le disait régulièrement à ses proches et ami.e.s, mais il avait griffonné des notes pour son prochain spectacle seul en scène, entre concert et histoire(s) d’une vie.

christophe
Christophe. ANDBZ/ABACA

Est-ce cela qui aurait été récupéré dans son appartement parnassien à Paris peu après son décès et servi de matériau pour la rédaction de «Vivre la nuit, rêver le jour », un livre qui, malheureusement à sa lecture, propose, à travers ses différents chapitres, le portrait particulièrement antipathique de Christophe, né Daniel Bevilacqua ? Assurément tout le contraire de ce qui fut Christophe, l’éternel « beau bizarre» qui avait pour seule ligne de vie quelques mots : «J’ai toujours fait ce que je sentais. J’ai toujours voulu être moi-même. C’est un luxe de faire sa vie comme on le sent»

Serge Bressan

  • A lire : «Vivre la nuit, rêver le jour» de Christophe. Denoël, 272 pages, 21,90 €.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.