thylacine satie I
Thylacine sort "Satie I" accompagné d'un superbe clip aux images d'animation en noir et blanc

Inspiré par la musique classique, son nouvel album “Timeless” sortira le 2 octobre 2020. En attendant, le musicien électro Thylacine nous fait patienter avec “Satie I”, titre dans lequel il revisite “Gymnopédie N°1”, l’œuvre la plus célèbre d’Erik Satie. Soit le mariage réussi de l’électro et du classique marqué par des arrangements planants et oniriques et un superbe clip graphique aux images d’animation en noir blanc

C’est à un voyage dans le temps auquel nous convie le musicien électro Thylacine. Avec la parution le 2 octobre 2020 de “Timeless”, nouvel album inspiré du répertoire de Mozart, Beethoven, Schubert ou Satie, qu’il revisite aujourd’hui avec la sortie du single “Satie I”

thylacine
Thylacine. © Pierre Wetzel

Thylacine n’a jamais aimé s’embarrasser des chapelles musicales. Et c’est tant mieux. Il va où son instinct le guide avec dès ses premiers albums des envies d’ailleurs. Un esprit d’aventure marqué par des musiques voyageuses témoins de ses road trip à bord du Transsibérien, sur les routes argentines et aux Îles Féroé.

Aujourd’hui, c’est à un voyage dans le temps auquel nous convie Thylacine. Le musicien originaire d’Angers formé au conservatoire crée la surprise en annonçant la sortie le 2 octobre 2020 de “Timeless”, un nouvel album inspiré du répertoire de Mozart, Beethoven, Schubert ou Satie. D’où le titre “Satie I” paru vendredi, premier extrait de son futur opus, dans lequel Thylacine explore des paysages sonores mariant l’électro et la musique classique.

L’occasion pour lui de revisiter “Gymnopédie N°1”, l’œuvre la plus célèbre d’Erik Satie, au travers de discrets arrangements aux synthés, mêlant poésie et onirisme : “On retrouve chez Satie ou Allegri des principes d’écritures très présents dans la musique actuelle, que ce soit dans ces sonorités répétitives ou ces progressions mélodiques” confie-t-il.

Un titre aux vertus introspectives apaisantes, accompagné d’un clip graphique animé en noir et blanc, semblant faire écho à l’étrange solitude de la période de confinement durant laquelle le musicien a composé les harmonies de son album à venir cet automne : “J’étais dans un chalet de haute montagne en Suisse quand le confinement a été annoncé » dit Thylacine: «Je n’avais pas prévu d’y rester un mois, donc je n’avais que mon ordi, un clavier et une carte son. Ce minimalisme a été salvateur : il m’a permis d’éviter de surcharger des mélodies déjà extrêmement riches “

Texte Victor Hache

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.