janis joplin
Janis Joplin © Fantality Corporation

Télé. Morte par overdose à l’âge de 27 ans, Janis Joplin avait une voix hors du commun et une force d’interprétation exceptionnelle, qui résonne encore puissamment aujourd’hui. Un talent qui a fait d’elle une icône du rock à la carrière météorique. En témoigne le documentaire présenté ce soir par Arte (22:40) sur la chanteuse et artiste rebelle de la contre-culture de la fin des années 1960, pour qui la musique était autant un remède qu’une manière vibrante de se sentir vivre.  


Janis Joplin : le talent brut d’une artiste écorchée


janis Joplin
Janis Joplin © Fantality Corp

Sa mort par overdose d’héroïne, a fait d’elle l’un des grands mythes de l’histoire du rock. Alors qu’elle travaille à l’enregistrement de Pearl, Janis Joplin fut emportée le 4 octobre 1970. La chanteuse originaire du Texas, avait réussi à s’imposer dès 1967, devenant la plus grande artiste de sa génération.

Pour Janis Joplin, la musique était autant un remède qu’une manière vibrante de se sentir vivre. « C’est ça l’ambition pour moi : ce n’est pas la quête frénétique de réussite et d’argent, c’est peut-être l’envie d’être aimée, de recevoir des tonnes d’amour« , disait-elle dans une lettre à sa famille, quelques mois avant de rejoindre le tristement célèbre « club des 27 », aux côtés de Brian Jones, Jimi Hendrix, Jim Morrison, Kurt Cobain ou Amy Winehouse.

Janis Joplin aura couru ainsi toute sa vie après la reconnaissance, comme si elle voulait panser les blessures d’une adolescence tourmentée. Harcelée par ses camarades de lycée pour son look détonant et ses positions antiségrégationnistes et plus tard à l’université d’Austin, elle prendra la décision de quitter son Texas natal.

janis joplin
Janis Joplin (photo) DR

Direction San Francisco, où elle plongera dans son tourbillon libertaire, entre bœufs endiablés, amours bisexuelles et excès d’amphétamines. Révélée au sein du groupe Big Brother and the Holding Company en 1966, elle va connaître la notoriété l’année suivante lors du Monterey Pop Festival.



L’album « Cheap Thrills » fera d’elle une icône de sa génération. Reine d’une pop-rock électrisante influencée par le blues, cette admiratrice d’Otis Redding, laisse des interprétations aussi impressionnantes que bouleversantes, de « Summertime », «Ball and Chain », « Me & Bobby McGee » ou encore « Mercedes Benz ».

Des morceaux qui résonnent puissamment encore aujourd’hui grâce une voix et un talent hors du commun entre rage, gloire et spirale destructrice, avant de mourir à l’âge de 27 ans.

We Culte (avec Arte)

  • A voir :« Janis », documentaire d’Amy Berg, vendredi 11 février sur Arte -22:40

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.