olivia ruiz au festival les emancipees
Olivier Ruiz sera le 23 mars au Palais des Arts, à Vannes (c)Christophe Acker

Festival. Olivia Ruiz, L (Raphaële Lannadère), Aloïse Sauvage, La Grande Sophie, Jeanne Cherhal, Julie Depardieu, Anne Sylvestre… La 4ème édition du festival Les Émancipéés va donner la parole aux aventurières de la scène, adeptes de pas de côté artistiques, au travers d’une programmation très féminine mêlant chanson, littérature et autres libertés. A découvrir à Vannes et Arradon, du 23 au 29 mars.

Festival pluridisciplinaire, où se conjuguent chanson, littérature et autres libertés, Les Émancipéés s’apprêtent à fêter leur 4ème édition, avec un même goût pour les pas de côté et les voyages artistiques ouverts sur le monde, en accueillant des artistes d’ici et d’ailleurs

Ici on donne la parole aux aventuriers de la scène, à celles et ceux qui aiment créer des ponts entre les différents domaines artistiques. Festival pluridisciplinaire, où se conjuguent chanson, littérature et autres libertés, Les Émancipéés s’apprêtent à fêter leur 4ème édition, avec un même goût pour les pas de côté et les voyages artistiques ouverts sur le monde, en accueillant des artistes d’ici et d’ailleurs : “Nous qui aimons tant les représentations sommes fascinés par le planisphère de Fuller ou de Narukawa” explique Ghislaine Gouby, directrice de Scènes du Golfe, créatrice des Émancipéés : “Parce que ces projections cartographiques – savantes- nous offrent une vision moins déformée que par le passé et une idée juste de la vraie taille des continents et des pays”.

Chacun écrit ici sa mappemonde pour mieux laisser parler son cœur. A l’image de l’écrivaine Nina Bouraoui, dont le texte  “Les insulaires” ouvre le programme de l’événement culturel de Vannes et d’Arradon par ces mots : “Je crois en l’influence de la beauté sur nos esprits quand elle devient  climax. Je crois en la poésie quand elle tombe en pluie fine sur nos mains ouvertes pour la recueillir. Je crois en la souveraineté de l’art qui rassemble”.

Concert, conférences chantées, lectures, bal littéraire, bande dessinée… les artistes trouvent là un écrin à la mesure de leur imaginaire, au travers de créations ou de projets inédits. Les femmes y seront à l’honneur. Telle Olivia Ruiz, artiste protéiforme et malicieuse “Femme chocolat” qui viendra partager en ouverture de festival son spectacle ” Bouches cousues”, où elle évoquera ses racines et parlera de cette “Espagne mutilée et flamboyante qu’elle porte en elle.” Elle lira par ailleurs des extraits de son premier roman “La commode aux tiroirs de couleurs” (sortie le 8 avril chez JCLattès), une fiction sur l’exil, la quête identitaire et le déracinement.

L’actrice Amira Casar lira des passages du texte “Vous embrasser”, correspondance entre Anaïs Nin et Henry Miller. Artiste associée à Scène du Golfe, L (Raphaële Lannadère) jouera quant à elle, ses nouvelles chansons, en primeur pour le festival.

Les Émancipéés favorisent depuis leurs débuts aventures singulières. Une approche qui ne pouvait que séduire Aloïse Sauvage, chanteuse et performeuse issue du cirque contemporain. Elle promet un concert qui ne manquera pas de s’affranchir des codes de la chanson, du rap et de la pop.

Après “L’une et l’autre” spectacle conçu avec la complicité de la romancière Delphine De Vigan donné aux Emancipées en 2O17, La Grande Sophie fera son retour au Palais des arts de Vannes avec un concert né de son nouvel album “Cet instant”, aux ambiances acoustiques et synthétiques “pour mieux faire entendre ses mots”.

On ira aussi à la rencontre (animée par le journaliste Alexandre Fillon) de la romancière grecque Ersi Sotiropoulos, qui viendra parler de son dernier roman “Je crois que tu me plais”, inspiré de la correspondance par mails et textos d’une femme et son amant, une écrivaine et un maître vigneron, où aucun sujet n’est tabou. L’actrice Julie Depardieu viendra lire un texte adapté du livre “Girl” de l’auteure irlandaise Edna O’Brian, qui se glisse dans la peau d’une adolescente nigériane, accompagnée par le musicien Mathieu Baillot.

Anne Sylvestre sera également présente pour un moment de poésie exceptionnel. Accompagnée par 3 musiciennes, elle chantera au Palais des arts un florilège de ses nouvelles et anciennes chansons: “vous aurez l’impression qu’elles ont été écrites avant-hier, tant elles disent et redisent ce qui me tient à coeur. La vie n’est que manèges et j’ai toujours aimé tourner en rond.” sourit-t-elle.

Charles Berling, lui, mêlera sa voix aux mots du livre “Nuit d’épine” de Christiane Taubira et de la poétesse Lucie Delarue-Mardrus. Un riche programme que Jeanne Cherhal conclura en beauté, où elle jouera les chansons de son dernier album “L’an 40”, entourée de ses musiciens et de deux pianos.

Texte Victor Hache

Lire: Festival. Les Émancipéés se jouent des frontières artistiques

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.