l
Jean Rochefort et Jean-Paul Belmondo dans "L'Héritier" de Philippe Labro

Télé. Dans le film “L’Héritier” de Philippe LabroJean-Paul Belmondo, jeune play-boy, veut prouver aux anciens collaborateurs de son père, capitaine d’industrie et patron d’un journal, décédé, qu’il peut gérer ses affaires. Il délaisse son rôle de fils fortuné et endosse le costume du magnat français de l’acier. Il va tenter de prouver que la mort de son père n’était pas un accident. Un excellent polar politique à la mise en scène efficace et un classique du cinéma, à voir dimanche 14 février sur C8 à 21:05

Avec “L’Héritier” sorti en 1973, Philippe Labro réalise un film plutôt engagé à la mise en scène efficace, balançant entre drame et polar. L’intrigue est forte avec des personnages ambigus, une peinture non édulcorée du monde de la politique mêlé aux affairistes sans vergogne

l"heritier jean paul belmondo
Jean Rochefort et Jean-Paul Belmondo dans “L’Héritier” de Philippe Labro

“L’Héritier” raconte le combat de Barthélémy Cordell (Jean-Paul Belmondo), fils du magnat de l’acier, patron de presse, Hugo Cordell. Il n’est pas préparé à sa succession. En 1972, le capitalisme a évolué, les grandes familles se laissent petit à petit grignoter par les multinationales, dans le contexte de l’Europe naissante. La mort de son père dans un accident d’avion est suspecte. Qui aurait voulu le tuer et pourquoi ?

Nous assistons ici à deux histoires en parallèle, avec d’un côté le portrait d’un homme aux manières de play-boy, “machiste” vis-à-vis des femmes, gâté par l’argent, de l’autre, sa lutte contre les pouvoirs politiques qui gangrènent déjà le monde des affaires. Jean-Paul Belmondo est parfait, sobre, implacable dans sa recherche de la vérité. Il est grandement aidé en cela par sa bande de copains : Charles Denner, Michel BeauneJean Rochefort, auxquels s’ajoutent François Chaumette et Jean Desailly en rédacteur en chef du “Globe”, journal appartenant à l’empire Cordell.

Avec “L’Héritier” sorti en 1973, Philippe Labro réalise un film plutôt engagé, balançant entre drame et polar. L’intrigue est forte avec des personnages ambigus, une peinture non édulcorée du monde de la politique mêlé aux affairistes sans vergogne.

film l'heritier belmondo
Jean-Paul Belmondo dans “L’héritier”

A sa façon journalistique (il fut un grand journaliste), il prouve qu’il est un vrai metteur en scène. Le journalisme met en lumière des faits, le cinéma, lui, le mouvement. Il fait la démonstration que les deux sont bien mêlés en donnant à Jean-Paul Belmondo son avant-dernier grand rôle, juste avant Stavisky” d’Alain Resnais. Ici, dans ce qui servira de modèle pour “Largo Winch” il est tout à fait crédible. Le scénario est de Jacques Lanzmann, parolier de Jacques Dutronc. Ensemble, ils signent un excellent polar politique, à la mise en scène efficace inspirée des cinéastes américains. Le tout servi par la musique de Michel Colombier, typique des années 1970 et un générique de fin étonnant. Assurément l’un des meilleurs rôles de Jean-Paul Belmondo.

philippe labro réalisateur
Philippe Labro, journaliste, réalisateur

Jane Hoffmann

  • Voir “L’Héritier” de Philippe Labro (1972) avec Jean-Paul Belmondo, Carla Gravina, Charles Denner, Maureen Kerwin, Jean Rochefort. Dimanche 14 février sur C8 – 21:05

Philippe Labro à la caméra

  • Philippe Labro, qui fut journaliste aux Etats-Unis, est un admirateur du cinéma américain. Il fut aussi un ami proche de Jean-Pierre Melville, un des plus célèbres réalisateurs français (Le DoulosLe Deuxième souffleLe SamouraïL’Armée des ombresLéon Morin prêtre…)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.