monsieur klein alain delon
Alain Delon dans "Monsieur Klein" de Joseph Losey

Télé. Arte diffuse ce soir “Monsieur Klein” de Joseph Losey, un des plus grands  réalisateurs du cinéma. Un film couronné de quatre Césars, qui raconte la descente aux enfers d’un marchand d’art égoïste et ignoble joué par un énigmatique Alain Delon. Il retrouvera la grâce, ayant compris que ne pas s’enfermer dans le “chacun pour soi”, dans une situation aussi terrible que la chasse aux juifs pendant l’occupation de la France par les armées allemandes, peut mener à la rédemption. A voir lundi 11 janvier sur Arte – 20:55

Dans “Monsieur Klein” Alain Delon à l’attitude christique à un certain moment, tient là une de ses meilleures compositions, avec “Rocco et ses frères” et “Le Cercle rouge”. Sa sobriété, qu’il conservera pour bien d’autres rôles, son regard de sphinx au-dessus de la ligne d’horizon, resteront à jamais gravés dans la mémoire du cinéma

monsieur klein alain delon
Alain Delon dans “Monsieur Klein” de Joseph Losey

A Paris en 1942, sous l’occupation allemande, un marchand d’art et de tableaux, Robert Klein (Alain Delon) originaire d’Alsace, profite de la situation faite aux juifs (spoliés de leurs biens) pour s’enrichir et gagner davantage encore. Il leur rachète à bas prix des œuvres d’art, ou autres, avant de quitter la France et ses persécutions. Il est cynique, le faisant aussi par jeu. Un jour, le destin va mettre sur sa route un homonyme – même prénom, même nom – mais de confession juive. Il a reçu dans sa boîte aux lettres un journal juif…

Commence alors sa recherche pour savoir pourquoi il a reçu ce journal. Robert Klein va mettre tout son temps et son énergie à tracer le double mystérieux et tenter de comprendre les raisons de cet individu qui semble se moquer, à dessein, de sa quête. Il rend même visite à son père en Alsace qui lui confirme qu’ils sont bien chrétiens “depuis Louis XIV…” A mesure qu’il progresse dans ses recherches, il s’engage inévitablement dans le piège qui le conduira d’abord au “Vel’ d’Hiv” puis dans un wagon de train pour Auschwitz.

Joseph Losey est un des plus grands réalisateurs du cinéma. Son film sorti en 1976 n’évoque pas seulement l’épisode le plus tragique de la seconde Guerre mondiale, il sublime chaque plan où figure Alain Delon, déterminé et fragile – sa mise en scène est inspirée par l’acteur, son histoire énigmatique déroulant le fil précisément jusqu’au personnage central. Losey a réalisé un film courageux, montrant la France de la collaboration, les rapports du gouvernement de Vichy avec l’occupant.

monsieur klein vel'dhiv
“Monsieur Klein”, scène du Vel’ d’Hiv

Il décrit ainsi la scène de la rafle du Vel d’Hiv où les juifs sont embarqués de force dans les paniers à salade par des policiers français, en présence de badauds qui ne bronchent pas… Ce film ne s’inscrit pas dans le genre cinématographique des années 1970. C’est un récit historique sur une période de notre histoire que l’on a plutôt gommée pendant des décennies.

Alain Delon à l’attitude christique à certain moment, tient là une de ses meilleures compositions, avec “Rocco et ses frères” et “Le Cercle rouge”. Sa sobriété, qu’il conservera pour bien d’autres rôles, son regard de sphinx au-dessus de la ligne d’horizon, resteront à jamais gravés dans la mémoire du cinéma.  

alain delon et suzanne flon dans monsieur klein
Alain Delon et Suzanne Flon

Robert Klein était égoïste et malhonnête, il ne retrouvera sa dignité qu’en gardant volontairement l’identité du juif qu’il n’est pas, mais qui les venge un peu tous en perdant non seulement tout ce qu’il possède, mais se défaisant de la peau de l’être ignoble qu’il était. Le film a reçu quatre Césars dont celui du meilleur acteur, de la meilleure photo, du meilleur montage et du meilleur son. On notera qu’Alain Delon totalement impliqué, était le coproducteur du film, le sujet lui tenant à cœur.

Jane Hoffmann   

  • A voir Monsieur Klein” (1976) de Joseph Losey avec Alain Delon, Suzanne Flon, Michael Lonsdale, Jean Bouise, Jeanne Moreau… Lundi 11 janvier sur ARTE– 20:55.

JOSEPH LOSEY, UNE FILMOGRAPHIE IMPRESSIONNANTE

joseph losey
Joseph Losey

Joseph Losey est né le 14 janvier 1909 dans le Wisconsin (Etats-Unis). Il s’investit aux côtés du Parti communiste américain, ses lectures sont Marx, le théâtre de Berthold Brecht, mais à cause du maccarthysme, alors qu’il tourne en Italie, il refuse de passer devant le Comité des Activités anti-américaines et s’exile en Angleterre en 1952. Il y fera le meilleur de sa carrière.

Sa filmographie est impressionnante et compte parmi ses réalisations les plus marquantes : “Eva” (1962), “The Servant” (1963), “Pour l’exemple” (1964), “Les Damnés” (1968), “L’Assassinat de Trosky” (1972), “Galileo” (1975), “Providence” (1977), “Don Giovanni” (1979). 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.