banniere du jeu video detention
"Detention” est le premier jeu du studio taïwanais Red Candle Games

“Detention” est le premier jeu du studio taïwanais Red Candle Games. Mélangeant survival-horror en deux dimensions et point&click, celui-ci nous met dans la peau de Ray, une élève du lycée Greenwood, qui voyage de cauchemar en cauchemar à cause d’un typhon qui attaque son école.

L’ambiance, importante pour tout bon jeu d’horreur, est l’une des plus grandes réussites de “Detention”.

Le survival-horror est un genre popularisé grâce à Alone in the Dark ainsi qu’aux séries de jeux Resident Evil et Silent Hill, qui ont instauré les principaux codes et bases du genre (armes et munitions limitées, vulnérabilité du héros…). De nos jours, le survival-horror est presque absent des grandes productions actuelles, excepté quelques jeux comme Alan Wake. Cependant, la scène indépendante continue de créer des jeux qui innovent, que ce soit par leur style graphique (White Night) ou bien par l’utilisation de mécaniques et de thèmes plus originaux, comme le fait notre sujet d’aujourd’hui, “Detention”.

AVERTISSEMENT : Au vu des nombreuses scènes dérangeantes voire choquantes que possède ce jeu, nous ne le recommandons pas aux âmes sensibles.

“Detention” est donc un survival-horror/Point&click sorti le 12 janvier 2017 développé par Red Candle Games et co-édité par Coconut Island Games. Disponible sur PC, PS4 et Nintendo Switch, le jeu nous place dans la peau de Ray, une étudiante de l’école de Greenwood, qui erre dans son établissement afin de s’en échapper, puisqu’il est menacé par un typhon et hanté par des esprits. “Detention” se passe durant les années 1960, sous la loi martiale. Cela peut sembler être un détail, mais il aura son importance au cours du jeu.

Une ambiance dirigée d’une main de maître.

L’ambiance, importante pour tout bon jeu d’horreur, est l’une des plus grandes réussites de “Detention”. Celle-ci tire son excellence de plusieurs facteurs, à commencer par la musique. Composée par Wei-fan Chang, elle se différencie des autres par l’utilisation d’instruments traditionnels de Taïwan, pays d’où sont originaires les développeurs. Selon les développeurs, cela avait pour but de présenter un peu plus la culture musicale de leur pays, en plus de renforcer les émotions provoquées par la narration. Nous avons eu personnellement un coup de cœur pour la musique Namo Amit Bha, qui se lance lorsqu’on rencontre l’un des esprits du jeu. On peut ajouter à cela le contexte historique, qui instaure une tension supplémentaire et qui permet aussi d’introduire les thèmes principaux du jeu (que nous nous efforcerons de ne pas spoiler, afin de ne pas gâcher la surprise), qui sont pour la plupart assez dérangeants. Enfin, il y a le sound design, qui est d’une immense qualité, en particulier pour les esprits. Notre préférence est le bruitage du “Lingered”, qui doit faire partie des effets sonores les plus étranges que nous ayons entendus dans un jeu vidéo.

 

jeu video detention l'une des scènes
L’une des très bonnes mises en scène du jeu.

Un scénario accompagné d’une narration et d’une mise en scène parfaites.

Le synopsis du jeu paraît assez simple au début : deux adolescents (puis un seul), errants dans une école afin d’éviter le typhon qui menace celle-ci. Cependant, au fil du jeu, on peut reconstituer l’histoire des deux élèves (surtout de Ray, puisqu’elle est l’héroïne), et on finit par effectuer une enquête afin de déterminer la vérité plutôt qu’un voyage pour sortir de l’établissement. Les deux premiers tiers du jeu se concentrent beaucoup sur l’ambiance et les mécaniques horrifiques, et semblent ne pas avoir beaucoup de sens sur le plan scénaristique. Mais, de son côté, le dernier tiers du jeu se concentre sur la narration, et permet au joueur de relier tous les éléments présents dans les passages précédents. Et, pour couronner cette narration et le scénario qui se révèle être d’une grande profondeur, la mise en scène est vraiment un immense coup de cœur. Tous les passages qui se veulent dérangeants possèdent une très bonne mise en scène pour les accompagner, et celle-ci possède souvent plusieurs niveaux de lecture, avec beaucoup de symboles et de possibilités d’interprétations (il en est évidemment de même pour le scénario et pour les excellentes fins du jeu). Personnellement, nous avons adoré la deuxième cinématique qui, en plus d’être le passage le plus glauque du jeu, est aussi le mieux mis en scène.

Jeu video detention, une autre image du jeu video
Les autels, où il est possible de sauvegarder sa progression.

Un gameplay qui combine efficacement deux genres.

“Detention” arrive à garder une certaine simplicité dans son gameplay tout en reprenant les principales caractéristiques du Point&click et du survival-horror. Ainsi, le joueur devra résoudre des énigmes au moyen d’objets trouvés au cours du jeu, tout en devant éviter d’alerter les créatures qui habitent les lieux. Pour cela, l’héroïne aura l’aide de petites notes qu’il lui faudra ramasser au cours de l’aventure, ce qui lui permettra de savoir comment outrepasser les monstres et d’avoir des indices afin d’avancer dans sa quête. Nous trouvons cependant que le personnage principal est un peu lent, ce qui est légèrement gênant à certains passages. De plus, nous trouvons le jeu assez court (entre 4 et 5 heures de jeu), nous aurions vraiment adoré voir plus de créatures provenant des légendes taïwanaises, même si ce qui est contenu dans le jeu est déjà vraiment excellent et semblera sûrement suffisant pour la majorité des joueurs.

L’esprit de la Lanterne en pleine action.

Une direction artistique marquée par de nombreuses inspirations.

Les graphismes de “Detention” sont très beaux, avec des modèles de personnages, d’environnements et d’objets réussis. Il y a un mélange entre la 2D et la 3D à certains moments, en général lorsque le personnage observe quelque chose. Au-delà de ça, nous trouvons les créatures très jolies, en particulier l’esprit de la Lanterne, que l’on rencontre dans le chapitre 2. Pour le reste, ce qui ne touche pas aux légendes, les développeurs se sont beaucoup inspirés de photographies, de vidéos et de journaux datant des années 1960-70, ainsi que de certains films issus du mouvement de la Nouvelle Vague Taïwanaise (A brighter Summer day par exemple). Le jeu possède des salles vraiment magnifiques, et tombe même dans le surréaliste à certains moments, ce que nous trouvons personnellement très beau. Nos salles préférées (esthétiquement parlant) seraient la salle des miroirs et le “chemin” vers le cinéma, qui tranche énormément avec le reste du jeu.

Qualités :

– Une ambiance (très) angoissante du plus bel effet
– Une mise en scène d’une rare perfection
– Une OST mêlant plusieurs genres très qualitative
– Un scénario excellent avec plusieurs niveaux de lecture
– Un gameplay agréable à manier
– Une direction artistique très jolie
– Les légendes taïwanaises soigneusement respectées
– Le dernier tiers du jeu, magnifiquement maîtrisé
– Les fins du jeu

Défauts :

– Personnage assez lent
– Légèrement trop court (4-5h)

 En conclusion, “Detention” a réellement été un coup de cœur, en particulier grâce à son scénario et à sa mise en scène. Le jeu marque par ses thèmes, son ambiance ainsi que par le support des légendes asiatiques. Même s’il est assez unique, nous vous recommandons The Cat Lady, qui reprend à peu près les mêmes mécaniques de gameplay. Nous vous recommandons évidemment de suivre les développeurs dans leurs deux prochains projets, dont on devrait avoir des nouvelles dans peu de temps : Devotion et Stay with Me.

Où trouver tout cela :

Page Steam de Detention
Page Steam de The Cat Lady
Compte Twitter des développeurs

Lire: “GRIS”: le jeu indépendant le plus intéressant de cette fin d’année : https://www.weculte.com/jeux-video/gris-le-jeu-independant-le-plus-interessant-de-cette-fin-dannee/

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.