eliette abecassis nos rendez-vous
Eliette Abécassis (c) Grasset

Livre. “Nos rendez-vous” dernier roman d’Eliette Abécassis sorti chez Grasset, est un récit à la fois très contemporain et très classique, une nouvelle version du jeu de l’amour et du hasard.

Le titre aurait pu être “nos rendez-vous manqués”… Vincent et Amélie se rencontrent. Ils ont à peine 20 ans. Tout est possible mais rien ne se passe et leur histoire se perd dans le tumulte de leurs existences parallèles qui parfois se rejoignent à l’infini

nos rendez-vous eliette abecassisLe titre aurait pu être “nos rendez-vous manqués”... Vincent et Amélie se rencontrent. Ils ont à peine 20 ans. Tout est possible mais rien ne se passe et leur histoire se perd dans le tumulte de leurs existences parallèles qui parfois se rejoignent à l’infini. Amélie devient une constante au sein des variables de l’existence de Vincent et réciproquement: “Trente ans que nous nous connaissons. Des mariages, des divorces, des deuils, des enfants, des centaines de voyages, parfois au bout du monde, des succès, des échecs, des espérances déçues, des rêves d’enfance perdus, des enfances déchues…Trente ans de rêves et de désir”.

De projets en rêves, d’espoirs en déconvenues ces deux-là ne vont pas cesser de rater leurs rencontres. La moitié des erreurs que l’on fait dans la vie est à cause de la précipitation, l’autre moitié à cause du défaut d’action. Tout commence par un désir, “il s’aima l’aimant” et se termine par une interrogation lorsqu’enfin réunis dans ce même café où ils auraient pu se rencontrer trente ans auparavant, la question du serveur reste suspendue :  “vous désirez? “

On est pas sérieux quand on a 18 ans mais l’est-on assez quand on a 50? C’est une réflexion intense et intemporelle sur ce qui fait une trajectoire, sur les déterminismes et les choix, sur les rencontres et les abstentions, les fêtes et les défaitesMais c’est aussi un roman sur ce qui n’advient pas mais demeure indéfectible. L’attirance, comme une force tellurique, qui gronde de vivacité malgré le temps qui passe. Ces amants, qui ne savent être aimants, que la vie sans cesse repousse dans les affres d’un quotidien morose et bientôt invivable.

La plume d’Eliette Abécassis virevolte entre des sentiments opposés, des questions jamais posées et des espoirs déchus. Tout résonne entre Vincent et Amélie mais rien ne raisonne. Le récit a pour décor successif celui des années 1980 puis des décennies suivantes, il est donc aussi une réflexion sur la société et ses obsessions, ses passions fugaces, ses réseaux , Facebook Meetic, Instagram de tout ce qui détourne du sentiment qui finalement reste vivant.

Les jeux avec la lettre sont subtiles et délicats. Des juxtapositions de sens qui donne de l’épaisseur au texte. Et de très belles lignes, où l’auteur joue avec une phrase qui ne dévoile son sujet qu’à son terme, par exemple lorsque que Vincent évoque une maîtresse à laquelle il est entièrement dévouée, la musique et Amélie un amant tyrannique, son bébé.

L’épilogue pourrait être empruntée à Alfred de Musset, Acte II, Scène 4 de On ne badine pas avec l’amour “: ” Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. (…) “.

Véronique Sousset

“Nos rendez-vous “ d’Eliette Abécassis chez Grasset , 162 pages, 16 Euros.

Eliette Abécassis, la bio 

Eliette Abécassis est un écrivain et philosophe français, née à Strasbourg. Son oeuvre comporte des thrillers ésotériques (“La trilogie du Qumran, “Sépharade”, “Le Palimpseste d’Archimède”), des livres intimistes et contemporains (“Mon père, “Un heureux événement”, “Une affaire conjugale”, etc), ainsi que des essais (Petite métaphysique du meurtre”, “Le livre des passeurs”). Auteur du “Corset invisible”, elle est engagée auprès d’associations de défense du droit des femmes et des enfants et contre la violence faite aux femmes. Elle écrit alors son premier roman,Qumran”, un roman policier métaphysique qui traite de meurtres mystérieux liés à la disparition de manuscrits de la mer Morte.

En septembre 2000, elle publie chez Albin Michel “La répudiée” et reçoit le Prix des écrivains croyants 2001. Ce roman s’inspire du scénario qu’elle a écrit pour le film “Kadosh” du réalisateur israélien Amos Gitaï. En 2001, “Le trésor du temple” relate la suite de “Qumran” sur les traces des Templiers. La même année, elle réalise le court-métrage La nuit de noces” dont le scénario est co-écrit avec Gérard Brach. En 2002 paraît le roman “Mon père” tandis que “Qumran” est adapté en bande dessinée par Gémine et Makyo. En 2003, son roman “Clandestin” raconte l’histoire d’un amour impossible, puis paraît le dernier volet de Qumran, “La dernière tribu”. Avec son romanUn heureux événement” Éliette Abécassis aborde le thème de la maternité avant de publier avec Caroline Bongrand un essai sur les femmes d’aujourd’hui, intitulé “Le Corset invisible”. Elle publie également le roman “Sépharade” qui obtiendra le prix Alberto Benveniste en 2010. Suivra en 2011 “Et te voici permise à tout homme” dans lequel elle raconte les difficultés d’obtenir le divorce religieux. La même année sort le film “Un heureux événement” adapté de son livre éponyme. En 2013 elle sort un thriller historique et ésotérique, “Le palimpseste d’Archimède”, publie un an plus tard “Un secret du Docteur Freud” et fait paraître en 2015  “Alyah”, roman relatant les doutes d’une femme juive française en crise identitaire. “Nos rendez-vous” est le vingt-deuxième roman d’Eliette Abecassis.

Lire: “Dénicheur d’oursons”, l’indicible au bout de la page blanche

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.