lubiana chanteuse
Lubiana sortira son premier album à l'automne prochain. © Nicolas Wagner

Musique/Découverte. La chanteuse belgo-camerounaise Lubiana sort son premier EP qui invite au voyage, où se mêlent sonorités africaines issues de la kora, soul et r’n’b. En attendant un album prévu pour cet automne.

lubiana kora
Lubiana, l’une des rares femmes à jouer de la kora. © Nicolas Wagner

La musique de Lubiana est une invitation au voyage. On est déjà love de cette artiste à la voix douce qui s’accompagne à la kora, dont l’univers métissé marie différentes influences soul, r’n’b et ambiances traditionnelles africaines.

Sorti le 24 avril en pleine crise sanitaire, le premier EP éponyme de Lubiana, aurait presque pu passer inaperçu. A tort car ce mini album de 5 titres emmené par le single “Self Love” nous invite à l’évasion, loin du stress ambiant. A 25 ans, Lubiana est à l’origine d’un registre voyageur où résonnent les sonorités délicates de la kora, instrument hérité de la culture mandingue d’Afrique de l’Ouest, dont elle est l’une des rares femmes à pratiquer.

La chanteuse belgo-camerounaise raconte que la kora lui est apparue lors d’un rêve. Le musicien malien Toumani Diabaté, l’un des plus grands joueurs de kora, lui aurait même donné sa bénédiction pour jouer de cet instrument avec lequel elle se sent en harmonie, d’ordinaire réservé aux hommes. Depuis, l’instrument à cordes ne la quitte plus et accompagne tous ses concerts.

Auteure-compositrice-interprète, Lubiana a commencé à se passionner pour la musique vers l’âge de 17 ans. Révélation de la saison 1 de l’émission The Voice en Belgique, elle a fait les premières parties de Youssou n’Dour. Depuis sa musique voyage un peu partout et on est déjà love de cette artiste à la voix douce, dont l’univers métissé marie différentes influences soul, r’n’b et ambiances traditionnelles africaines.

Un répertoire interprété en anglais où elle mêle chansons personnelles et reprises telle “Sex Bomb” de Tom Jones ou le titre “Let it be” des Beatles, qui clôt son EP. En attendant la sortie cet automne de son premier album, qui ne va pas manquer d’ensoleiller notre après confinement.

Texte Victor Hache

WECULTE vous conseille: Yael Naim : “La nuit il y a un lâcher prise qui permet de se connecter”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.