maxime le forestier album paraitre ou ne pas etre
Maxime Le Forestier. Photo Magda Lates.

Six ans après “Le cadeau“, son précédent opus, Maxime Le Forestier revient avec “Paraître ou ne pas être“. Un album émouvant aux arrangements acoustiques guitares-voix, dans lequel il pose un regard sensible sur le sens de l’existence.

Dans “Paraître ou ne pas être“, Maxime Le Forestier oscille entre optimisme et nostalgie. Un album sensible mêlé de mélodies simples et de textes poétiques teintés de vécu où le chanteur philosophe sur l’idée très contemporaine du “paraître” et de ce qu’on veut bien montrer. 

maxime le forestier album paraitre ou ne pas etreIl lui suffit juste d’une guitare et de quelques notes pour trouver le bonheur de vivre. Maxime Le Forestier revient avec Paraître ou ne pas être“, album dans lequel il invite à la réflexion et s’interroge sur le sens de l’existence, sans donner de réponse. Telle est l’élégance de cet artisan de la chanson, qui à 70 ans, signe son 16èMe opus après 50 ans de carrière. Un disque aux arrangements acoustiques à la Brassens, composé dans sa maison de campagne du Loir-et-Cher, où il est accompagné à la guitare par son fils Arthur, qui sera sur scène avec son père lors de sa prochaine tournée à la rentrée. Maxime a également fait appel à Julien Clerc qui a composé la musique de “Dernier Soleil“. Un titre écrit en septembre sur le temps qui passe, à l’émotion contagieuse : “Tous les soleils d’avant l’hiver/Je vais les regarder en face/Et je vais les suivre à la trace jusqu’au dernier rai de lumière/ En me disant, on sait jamais si c’était le dernier” chante-t-il.

Maxime Le Forestier laisse parler son cœur abordant des sujets d’aujourd’hui, la préservation de la planète (“Ça déborde “) ou encore La France repliée sur elle (“La vieille dame”) : “On l’a connue fine, fière révolutionnaire/Quand elle allait les seins à l’air terrasser l’oppresseur/ Aujourd’hui, morose, ankylose, elle veut plus changer les choses/Elle a peur/ Peur de l’étranger, de l’étrange/Peur de tout ce qui la dérange/Peur des temps nouveaux/On dirait une vieille dame“. Des mélodies sensibles, aux textes poétiques teintés de vécu où le chanteur philosophe sur l’idée très contemporaine du “paraître” et de ce qu’on veut bien montrer : “ouh la la, la question que voilà/la question fait débat” s’amuse-t-il.

Autant de ballades où il oscille entre optimisme et nostalgie. A l’image de “Date limite” sur le thème de l’enfance et de l’insouciance qui s’efface: “Va savoir quand elle nous quitte… l’insouciance/Va trouver la date limite…de l’enfance/“. Assurément la plus belle chanson de l’album.

Album ” Paraître ou ne pas être “/Polydor. Tournée à partir du 28 septembre, 25 octobre, Nuits de Champagne (Troyes), 14,15,16 novembre, Casino de Paris.

Lire également: Renan Luce, la valse à mille temps du sentiment amoureux : https://www.weculte.com/featured/renan-luce-la-valse-a-mille-temps-du-sentiment-amoureux/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.