clarika sort l'album a la lisière
La chanteuse Clarika sera en concert à La Cigale à Paris le 3 avril

#Musique. Trois ans après “De quoi faire battre mon cœur”, la chanteuse Clarika revient avec “A la lisière”. Un album lumineux à l’écriture poétique qui va à l’essentiel de l’émotion, porté par le titre “Même pas peur” et “Venise” en duo avec le Québécois Pierre Lapointe, qu’elle dévoilera lors d’une tournée qui passera par La Cigale où elle se produira le 3 avril.

On retrouve avec plaisir la voix légèrement voilée de Clarika,  son écriture poétique et ses mots touchants qui vont à l’essentiel de l’émotion, où au travers de onze chansons portraits, elle révèle en creux, le tempérament d’une artiste vibrante ou mélancolique

clarika pour l'album a la lisièreSon précédent opus “De quoi faire battre mon cœur” faisait écho à son histoire personnelle, suite à une rupture amoureuse. Aujourd’hui, Clarika revient avec “A la lisière“, un album plus lumineux, le 8ème de sa carrière, réalisé par Florent Marchet et François Poggio, où elle semble vouloir regarder droit devant, sans regret du passé, prête à une nouvelle existence. Clarika, c’est plus de 25 ans de carrière et un amour jamais démenti pour la musique qui l’habite et l’aide à surmonter les moments de blues, depuis ses débuts et son premier disque  “J’attendrai pas cent ans” (1993).

On retrouve avec plaisir sa voix légèrement voilée, son écriture poétique et ses mots touchants qui vont à l’essentiel de l’émotion, où au travers de onze chansons portraits, elle révèle en creux, le tempérament d’une artiste vibrante ou mélancolique. L’un des plus beaux titres de l’album est son duo mêlé de cordes, avec le Québécois Pierre Lapointe avec lequel elle interprète «Venise», ville des amoureux, qui s’enlise entre beauté et hordes de touristes : “Malgré tout le côté négatif et tous ses touristes, c’est une ville que je trouve magique” confie-t-elle “un endroit fascinant avec autour le souvenir de films comme “Mort à Venise” de Luchino Visconti, qui m’ont fait rêver. ” Venise en hiver, sert également de décor au clip sexy du titre “Même pas peur”, où évoluent des créatures travesties du cabaret de Madame Arthur : “J’aime beaucoup l’univers un peu décalé de Raphaël Neal, le réalisateur. L’idée n’était pas de faire un clip osé, mais de raconter une histoire, avec des personnages qui ont une gueule et vivent des choses pas forcément simples.”

Entre chagrin, envie de danser et de sourire à l’existence, Clarika rayonne dans “La belle vie (tout, tout de suite)”, invitant à vivre “au maximum” nos rêves et nos amours, son côté Carpe diem : “il faut essayer de profiter, parce qu’un jour ça va s’arrêter et ce sera un peu tard” sourit-elle. Tour à tour fragile, forte et généreuse, elle oscille entre légèreté et gravité avec toujours, en filigrane de ses chansons, une pointe d’humour bienvenu. Elle chante ainsi “Même pas peur”, pied de nez à un monde souvent très sombre “où l’on est tous un peu terrorisés” dit-elle : “c’est une chanson pleine de mauvaise foi, où je dis «la vie va être géniale», alors que comme beaucoup de gens, j’ai peur. J’ai envie d’y croire et d’avoir ça dans ma tête plutôt que de sombrer dans la morosité». Telle est sa façon d’avancer en étant positive : «j’ai une forme d’insouciance en moi”, confesse-t-elle “je peux être interpellée par des choses profondes et être un peu superficielle. Je suis un mélange des deux”.

Clarika, qui a tenu à sortir son album le 8 mars, journée internationale pour le droit des femmes, reste cette rebelle pétrie de colère devant toutes les injustices. En témoigne l’émouvante “L‘azur”, chanson écrite et composée par Florent Marchet, sur le thème des réfugiés : “j’avais déjà écrit une chanson “Bien mérité” où je parle des migrants. Cela fait partie des sujets où je me sens impuissante, où j’ai une vraie colère. La chanson “L’azur” qu’a écrit Florent Marchet, m’a tout de suite touchée. J’ai voulu qu’on la mette  à la fin de l’album pour marquer le coup. »

Un parcours artistique qui force le respect et mériterait d’être plus soutenu par les radio-télés, lesquelles programment rarement ses chansons: “J’ai appris à faire avec les médias qui me soutiennent et à me passer des autres” dit-elle avec philosophie : “mais il est vrai que souvent, on manque d’audace.” Heureusement il y a la scène, synonyme de joyeuses retrouvailles, où elle adore faire vivre son répertoire: “La scène c’est un grand kif! (rires). C’est le moment que je préfère. Les premiers concerts d’une tournée, c’est angoissant, mais c’est super excitant !”

Album ” A la lisière “, label AT(h)OME. Tournée à partir du 8 mars. Concert à La Cigale le 3 avril – 120 bd de Rochechouart, 75018 Paris.

Lire aussi: Rencontre avec Blondino : ” La scène, c’est vraiment fort et addictif “ : https://www.weculte.com/featured/festival-les-emancipees-blondino-troublante-et-magnetique/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.