Cuisine & confessions par la compagnie québécoise Les 7 doigts de la main, un petit bijou de spectacle à voir à Bobino

Les repas, et les échanges qu’ils permettent, fournissent la trame de “Cuisine et confessions”, spectacle hybride et atypique. Un festin pour les yeux – et pas que.

“Cuisine & confessions”: un ballet permanent, d’une apparente décontraction, où l’exploit circassien entre sans frapper, où la danse affleure sans dire son nom

l'affiche 2018 du spectacle cuisine & confessionsDans une soirée réussie, tout se passe dans la cuisine. On le vérifie à Bobino, avec ce petit bijou de spectacle “Cuisine et confessions” de la compagnie québécoise “Les 7 doigts de la main”. Sept doigts comme les sept artistes en scène… Des circassiens hors normes, parfois échappés de la grosse machine du “Cirque du Soleil”, qui trouvent ici plus de place pour leur expression individuelle.
Le décor et le texte se basent sur des éléments de leurs vies. Et la diversité de leurs origines illustre un petit résumé d’humanité : un chinois, un black américain, une finlandaise, un argentin, une tchèque, un italo-américain, une russe.
Que mettent-ils sur la table ? Des bananes, des œufs, du chagrin, du désir, des enfances. Tout ce que l’on peut transmettre ou partager au détour d’un repas, tout ce qui fait de chacun une recette humaine unique.
Et les tableaux s’enchaînent avec cette étrange fluidité des rêves, leur logique à la fois fantasque et implacable. Comme un ballet permanent, d’une apparente décontraction, où l’exploit circassien entre sans frapper, où la danse affleure sans dire son nom. Factuellement, on voit un jongleur, du diabolo, de la voltige aérienne et des acrobaties diverses. Mais cette liste ne déflore absolument rien de ce qui se passe réellement, c’est-à-dire du sens, de l’émotion qui traverse et justifie les numéros.

Même la partie musicale surprend sans cesse. On croit reconnaître l’intro d’un thème d’un film, et la mélodie vous détrompe aussitôt, vous emmène ailleurs. Absence de roulements de tambour. Absence de vieux rituels. De quoi se faire cueillir en beauté, et verser quelques larmes, car rien n’est jamais attendu. Juste après un éclat de rire, une seconde bouleversante, une chute maîtrisée vous coupe le souffle.
le spectacle cuisine & confessions par les 7 doigtsSi c’était une architecture, ce serait du Hundertwasser. Si c’était un langage, de l’espéranto. Si c’était un film, il faut chercher en Italie… Le spectacle entier est un numéro d’acrobate, sur le fil de la vie. Une vie que l’on retrouve en sortant avec de l’appétit, des yeux plus ouverts, un cœur lavé de frais.
Cuisine & Confessions, jusqu’au 12 janvier à Paris (Bobino) 14/20 rue de la Gaîté 75014 Paris.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.