hotel du nord arletty et louis jouvet
"Hôtel du Nord" : Arletty et Louis Jouvet. (photo) DR

Télé. «Hôtel du Nord» de Marcel Carné est un classique du cinéma, un film culte à voir et à revoir. Un beau drame populaire dans le Paris d’avant la guerre de 1939-1945, ou presque tout a été tourné en studios, avec des dialogues restés célèbres de Jean Aurenche et deux très grands acteurs inoubliables, Arletty et Louis Jouvet. Lundi 5 juillet sur Arte -20:55.


Adapté par Jean Aurenche et Henri Jeanson du roman d’Eugène Dabit (1929), «Hôtel du Nord» de Marcel Carné est devenu culte grâce à la gouaille d’Arletty et à sa célèbre réplique : «Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ?»


hotel du nord arletty et louis jouvet
« Hôtel du Nord » : Arletty et Louis Jouvet. (photo) DR

Dans des décors entièrement reconstitués en studio par Alexandre Trauner (à Boulogne-Billancourt et à Paris 18ème studios Francoeur-Pathé-Cinéma), où tout a l’air vrai parce que tout est faux, Marcel Carné a réalisé son chef d’œuvre, «Hôtel du Nord» entre romantisme et drame, avec des acteurs inoubliables. Arletty, sa fine silhouette et ses superbes jambes, prostituée, titi parisienne, Louis Jouvet, mystérieux Monsieur Raymond, son souteneur qui se cache, le jeune premier Jean-Pierre Aumont, sensible et lâche, et Annabella déjà si moderne…

Dans le film l’Hôtel du Nord était situé le long du canal Saint-Martin, face à la passerelle mythique de la Grange-aux-Belles. Ce jour-là, l’éclusier, sa femme, quelques clients et le patron, sont à table pour fêter une communion solennelle.

Entre alors dans la salle un couple, Pierre (Jean-Pierre Aumont) et une jeune femme, Renée (Annabella), deux amoureux qui désirent louer une chambre. Ils veulent s’y suicider, faute d’argent…

Tous ces personnages vont croiser les habitants du quartier, une prostituée, Raymonde (Arletty), un étrange bonhomme un peu malfrat, Monsieur Edmond (Louis Jouvet) qui va tomber amoureux de Renée et quelques autres.


« Hôtel du Nord », un film culte grâce à la gouaille d’Arletty


Adapté par Jean Aurenche et Henri Jeanson du roman d’Eugène Dabit (1929), «Hôtel du Nord» est devenu culte grâce à la gouaille d’Arletty et à sa célèbre réplique : «Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ?». Ce sont aussi les débuts à l’écran de François Périer et le second film de Bernard Blier.

hotel du nord
Scène de la réplique culte d’Arletty dans « Hôtel du Nord » : « Atmosphère ? Atmosphère ? Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? »

L’Hôtel du Nord a été reconstruit en 2005 par Julien Labrousse, d’après les photos du film au 102 quai de Valmy, Paris 10ème. Toujours en activité avec un restaurant-bar, une salle de concert.



Marcel Carné, le réalisateur, dira que : «L’âme du film c’est Arletty et sa magie d’artiste qui fit le succès que l’on connaît.» Arletty plus tard ajoutera : «Rien n’est démodé, pas un mot, pas une phrase… Rien à retirer, rien à y remettre. C’est une partition.»

Jane Hoffmann

  • A voir : «Hôtel du Nord» (1938) de Marcel Carné avec Arletty, Louis Jouvet, Annabella, Jean-Pierre Aumont. Lundi 5 juillet sur Arte20:55

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.