coup de torchon de Bertrand Tavernier
Philippe Noiret (Lucien Cordier), Isabelle Huppert (Rose) dans "Coup de torchon" de Bertrand Tavernier

Télé/Ciné. Ce soir C 8 diffuse l’excellent film “Coup de torchon” de Bertrand Tavernier. On y retrouve notamment Philippe Noiret dans le rôle du flic faible et mal dans sa peau. Tour à tour gentil “Alexandre le bienheureux” ou faux naïf méditant longuement sa vengeance, il va faire le ménage dans sa vie et son entourage qui se moque de lui, comme on donnerait un coup de pied dans une fourmilière. Un policier sombre et cynique dans la chaleur de l’Afrique, servi par les impeccables Isabelle Huppert, Stéphane Audran, Eddy Mitchell, Guy Marchand, et Jean-Pierre Marielle. Dimanche 31 mai sur C.8 – 21:05

Bertrand Tavernier a tourné “Coup de torchon” au Nord-ouest du Sénégal et, malgré la noirceur du récit, les dialogues sont irrésistibles. Une mise en scène à l’humour caustique superbement servie par des comédiens impeccables, dont on sent qu’ils se sont tous réjouis de leurs personnages

“Coup de torchon”, le film de Bertrand Tavernier, se situe dans un bourg, quelque part en Afrique de l’ouest. Le policier local (Philippe Noiret), est un être faible, mal dans sa peau et dans son corps enveloppé. Pas très avenant, pas très malin, il souffre de sa condition physique autant qu’intellectuelle. De plus, sa femme (Stéphane Audran) le trompe. Pour couronner le tout, deux proxénètes le provoquent parfois, ironisant sur sa situation.

L’histoire est tirée d’un roman de l’Américain Jim Thomson “1 275 âmes”, dont l’action se passait dans le sud des Etats-Unis. La force du film réside dans l’adaptation qu’en a faite Jean Aurenche, le scénariste, qui a situé l’action en Afrique coloniale française, en 1938.

Bertrand Tavernier a soigneusement choisi ses acteurs. Ils sont connus, aimés du public et sont pour la plupart passés par le Conservatoire ou les écoles de théâtre. Ce qu’il y a de meilleur à l’époque.

Le policier Lucien Cordier (Philippe Noiret), sa femme (Stéphane Audran), l’amant de celle-ci (Eddy Mitchell), son supérieur hiérarchique (Guy Marchand), jusqu’à Jean-Pierre Marielle, le proxénète, toutes et tous sont criants de vérité. Ils sont banals, méchants, cyniques, se servent de lui jusqu’à la cruauté.

Un jour pourtant, Noiret ne supportant plus sa vie “pète les plombs” et sombre dans une folie meurtrière. Sa vengeance, mûrement pensée est alors terrible. Même sa maîtresse, Rose Marcaillou (Isabelle Huppert) n’y échappera pas.

Bertrand Tavernier a tourné son film au Nord-ouest du Sénégal et, malgré la noirceur du récit, les dialogues sont irrésistibles. Une mise en scène à l’humour caustique superbement servie par des comédiens impeccables, dont on sent qu’ils se sont tous réjouis de leurs personnages. Chacun, chacune, est à sa place, crédible. Coup de chapeau également aux magnifiques images de Pierre-William Glenn, photographe fidèle des films de Bertrand Tavernier. Du vrai, de l’excellent cinéma français.

Texte Jane Hoffmann

  • A voir “Coup de torchon”, de Bertrand Tavernier, dimanche 31 mai sur C.8 à 21 :05

WECulte vous conseille: Télé. Pourquoi on aime “Un Homme et une femme” de Claude Lelouch

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.