jean gabin dans le président d'henri verneuil
Jean Gabin dans "Le Président" d'Henri Verneuil

Télé. Ce soir Arte diffuse “Le Président”. Dans cette fiction politique filmée en noir et blanc sortie en 1961, Henri Verneuil dirige Jean Gabin en Président du Conseil face à Bernard Blier, chef d’un groupe de Centre-droit, s’envoyant des répliques acerbes (et plus), écrites par Michel Audiard, sur une musique de Maurice Jarre. Un grand film d’après un roman de Georges Simenon et une histoire qui ne laissera personne indifférent. A voir, lundi 31 août sur Arte – 20:55

Michel Audiard signe les dialogues de cette fiction politique en noir et blanc. Dans “Le Président”, il fait parler les acteurs comme des “titi” parisiens avec gouaille et élégance, mais les répliques et particulièrement les tirades de Jean Gabin sonnent vrai encore aujourd’hui

Président du Conseil à la retraite, âgé de 73 ans, Emile Beaufort (Jean Gabin) a quitté la politique pour vivre paisiblement à la campagne dans sa propriété. Il rédige ses mémoires, dictées à sa secrétaire Mademoiselle Milleran (Renée Faure). Un matin, écoutant la radio, il apprend que son ancien directeur de cabinet, Philippe Chalamon (Bernard Blier) devenu député et président du groupe des Indépendants républicains à la Chambre, pourrait se trouver à la tête du gouvernement.

L’ancien Président du Conseil paraît préoccupé et mécontent par cette nouvelle. Il se souvient que quelques 20 ans auparavant, son directeur de cabinet s’était trouvé impliqué dans un énorme scandale financier, qui avait coûté à la France 3 milliards de francs !... Il avait alors contraint Chalamon à signer des aveux dans une lettre, qui resterait secrète, sauf si une situation semblable se renouvelait- une menace pour ce dernier…

S’ensuivit une sorte de guerre parlementaire menée par Chalamon et son parti contre Beaufort obligeant ce dernier à quitter la présidence, après des débats houleux à la Chambre, dans lesquels le charismatique Jean Gabin exprime toutes les facettes de son immense talent.

Michel Audiard signe les dialogues de cette fiction politique en noir et blanc. Dans “Le Président”, il fait parler les acteurs comme des “titi” parisiens avec gouaille et élégance, mais les répliques et particulièrement les tirades de Jean Gabin sonnent vrai encore aujourd’hui.

Le film n’a pas vieilli aussi bien dans l’histoire qu’il raconte, que dans les magouilles politiciennes, toujours d’actualité. Seuls, les propos de Gabin, dits avec sa façon péremptoire, pourront paraître “violents” aux spectateurs que l’on a habitués à des réparties molles et consensuelles qui affadissent le cinéma actuel. Audiard, Verneuil, Gabin avaient du cran en 1960 et n’avaient pas peur de dire les choses, comme en avaient les cinéastes britanniques durant la même période ou les Américains dans leur cinéma des années 1970.

Jane Hoffmann 

  • “Le Président” d’Henri Verneuil, avec Jean Gabin, Bernard Blier, Renée Faure, Louis Seigner, musique de Maurice Jarre, plus l’ouverture du Vaisseau fantôme de Richard Wagner, ce soir lundi sur Arte à 20:55

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.