simon baker directeur du MEP
Le Britannique Simon Baker prendra son poste de directeur de la Maison européenne de la photographie en avril 2018.

Le conservateur star de la Tate de Londres prendra la direction du centre d’exposition de photographie à Paris en avril.

Le Britannique Simon Baker (44 ans) vient d’être nommé à l’unanimité, directeur de la Maison européenne de la photographie (MEP), à Paris. Il prendra ses fonctions le 1er avril 2018 ( non ce n’est pas un poisson!) et succédera à Jean-Luc Monterosso, actuel directeur/fondateur de la MEP, dont le mandat se termine en mars.

Docteur  en histoire de l’art, Simon Baker laisse la grande Tate Modern de Londres où il fut Conservateur en chef du département photo. Il y a été le commissaire de nombreux accrochages présentant le travail  photographique de  Boris Mikhaïlov, Sirkka-Liisa Konttinen, Guy Bourdin, Yutaka Takanashi, Bernd et Hilla Beche. Il y organisa également des expositions prestigieuses telles «Taryn Simon, a living man declared dead » (2012), «William Klein & Daido Moriyama» (2013) ou «Performing fo the camera » (2016).

On lui doit plusieurs expositions en France, au festival des Rencontres d’Arles sur le thème de la photographie japonaise, qu’il apprécie particulièrement : «Another Language» (2015),  montrant les travaux de huit photographes nippons, ainsi qu’une rétrospective de l’œuvre du Japonais Masahisa Fukase.

nino migliori
Une des photos de l’exposition “Nino Migliori , la matière des rêves” à la MEP

Sa réputation, guidée par son œil avant-gardiste, l’a précédé et  devrait permettre au centre d’exposition de la photo, créé en 1996, d’ouvrir une nouvelle page de son histoire.

La MEP où l’on peut voir actuellement «La matière des rêves ». Une exposition à caractère rétrospectif qui regroupe les œuvres en noir et blanc de l’Italien Nino Migliori né en 1926,  photographe au regard onirique du quotidien des gens de l’après-guerre. Des photos qui inspirèrent les cinéastes du néoréalisme italien tels Vittorio De Sica, Roberto Rossellini ou Giuseppe De Santis. «La guerre finie, je me suis senti enfin libre. Je pouvais montrer les gens, profiter de cette liberté retrouvée» dira-t-il évoquant son travail.

exposition nino migliori a la mep

Dans les années 1970, il s’est intéressé au street art et photographié les graffitis urbains qu’on retrouve dans une série intitulée «Les Murs» et l’œil toujours en éveil, il poursuivit dans les années 1980 ses recherches photographiques avec les Polaroïd. Aujourd’hui âgé de 92 ans, le photographe continue de penser «instantanés».

Exposition «Nino Migliori, la matière des rêves» à la Maison européenne de la photographie jusqu’au 25 février 2018. 5/7 rue de Fourcy, Paris 4ème, Tél. 01 44 78 75 00 – https://www.mep-fr.org/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici