albert uderzo
Albert Uderzo et ses personnages Astérix et Obélix

Disparition. Pour une fois la potion magique n’aura eu aucun effet. Albert Uderzo, créateur et dessinateur du personnage Astérix, est mort à l’age de 92 ans.

Né Alberto Aleandro Uderzo le 25 avril 1927 à Fismes (Marne), Albert Uderzo s’est fait un nom dans l’histoire de la bande dessinée avec “Astérix”, l’irréductible gaulois à la moustache blonde. Il avait conçu “son fils unique et préféré” (comme le disait si bien San-Antonio) dans une HLM de Bobigny en 1959. Le scénariste René Gosciny, son autre père, lui avait appris à parler. Tous deux portèrent leur rejeton jusqu’à la bible dessinée des enfants “Pilote”». C’était le 29 octobre 1959. Astérix est né sous le signe du Scorpion.

astérix mort albert uderzo

Scorpion, il le fut, lui qui combattit le général Jules César (hé oui !) sans jamais perdre une bataille. Même l’hebdomadaire “L’Express” s’extasia et qualifia le petit garçon d’Uderzo de “phénomène Astérix, coqueluche des Français”. Dès sa sortie, l’album fut vendu à 600.000, exemplaires en 15 jours… Albert Uderzo connaissait bien la France et ses habitants et imagine un personnage rouspéteur, bagarreur et déterminé. Les aventures seront traduites en 40 langues dont le latin et le japonais.

Après la mort de René Gosciny en 1977, l’audience se poursuit, progresse même, conduite par Albert Uderzo. Au total se sont 34 titres qui paraîtront et 280 millions d’albums seront vendus dans le monde.

Astérix, emmené par son papa Uderzo, ira jusqu’à être représenté au cinéma en passant par le Parc Astérix (Oise), ouvert en mai 1989. Il tournera beaucoup à la grande joie des enfants mais aussi des adultes. Nous ne citerons pas tous ses dessins animés et longs métrage mettant sa vie en images. Mais nous en gardons un en mémoire, le film de Claude Zidi, réalisateur qui créera en 1998 le film “Astérix et Obélix contre Jules César” dans lequel Christian Clavier est Astérix et Gérard Depardieu Obélix (celui qui a un gros ventre et ne peut avaler la fameuse potion magique puisque tombé dedans étant petit), sans oublier la divine Monica Belluci, incarnant la reine d’Egypte dans un autre film “Astérix et Cléopâtre”.

Albert Uderzo nous aura ainsi fait voyager en BD pendant des décennies. Reprenons les albums, admirons son trait et relisons toutes ces bulles qui nous ont fait rêver.

Texte Jane Hoffmann

WECULTE vous conseilleClaire Bretécher, dessinatrice de BD au regard de sociologue

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.