sabine weiss gitane
"Gitane, Saintes-Maries-de-la-Mer", 1960 – © Sabine Weiss

Photo. Espace culturel phare de la photo, le Kiosque à Vannes présente durant tout l’été “Sabine Weiss : une vie de photographe”. Une exposition qui met en lumière les multiples facettes de la dernière représentante de l’école de la photographie humaniste française, découverte par Robert Doisneau. A voir jusqu’au 6 septembre.

Chaque scène, chaque personnage, chaque mouvement de foule vit dans l’ objectif de Sabine Weiss, lequel sublime le quotidien: “J’ai fait de tout dans la photo: je suis allée dans des morgues, dans des usines, j’ai photographié des gens riches, j’ai fait des photos de mode… Mais ce qui reste, ce sont uniquement des photos que j’ai prises pour moi, à la sauvette” sourit la photographe aujourd’hui âgée de 95 ans

sabine weiss
Autoportrait, 1953 – © Sabine Weiss

Durant tout l’été, le Kiosque à Vannes (Morbihan) met à l’honneur le travail de Sabine Weiss, l’une des plus grandes photographes de notre époque, qui a exposé dans le monde entier.

sabine weiss enfant courant dans un village de pecheurs
Village moderne de pêcheurs, Olhão, Algarve, Portugal, 1954 – © Sabine Weiss

Née en 1924 à Saint-Gingolph en Suisse, naturalisée française en 1995, Sabine Weiss s’est très tôt intéressée à la photographie. Elle y est venue par le laboratoire à l’âge de 17 ans, car elle adorait développer les clichés mis au jour par les produits révélateurs. Puis, elle a voulu sortir de son studio à Genève pour photographier la rue. Elle s’est ainsi passionnée pour la photo prise sur le vif, capturant d’innombrables clichés de “choses simples” : “j’ai fait de tout dans la photo: je suis allée dans des morgues, dans des usines, j’ai photographié des gens riches, j’ai fait des photos de mode… Mais ce qui reste, ce sont uniquement des photos que j’ai prises pour moi, à la sauvette” sourit la photographe aujourd’hui âgée de 95 ans.

sabine weiss amoureux porte de saint-cloud
Porte de Saint-Cloud, Paris, 1950 – © Sabine Weiss

Pendant presque 70 ans, cette représentante de l’école de la photographie humaniste française, a tout fait, reportage, portrait, publicité, mode…montrant une insatiable curiosité pour tout ce qui se rattache à l’humain. De la trempe de Brassaï, Doisneau ou Willy Ronis, il ressort de son travail un côté authentique et charnel, qui imprègne ses magnifiques photos prises le plus souvent en noir et blanc.

sabine weiss enfants jouant dans la rue
Rue Edmond-Flamand, Paris, 1952 – © Sabine Weiss

Recréée à partir de l’exposition réalisée par le Jeu de Paume et présentée au Château de Tours en 2016, l’exposition Sabine Weiss : une vie de photographe” – que présente Le kiosque à Vannes – nous montre ce qui a animé cette infatigable artiste.

sabine weiss homme qui court
L’homme qui court, Paris, 1953 – © Sabine Weiss

On suit son parcours au travers de 7 thèmes : Paris, les États-Unis, Enfances, l’Europe, la Mode, Portraits d’artistes et Solitudes. Amoureux (“Porte de Saint-Cloud”– 1950), cheval qui rue (“Porte de Vanves” -(1952), enfants courant dans un “Village moderne de pêcheurs” (Portugal – 1954), “Mannequin de la Maison Dior” (1958 en couleur), “Gitane aux Saintes-Maries-de-la-Mer” (1960), “Homme qui court” (Paris- 1953)… on découvre les multiples facettes de cette grande dame de la photographie. Des clichés intemporels, modernes, vivants, vrais : “j’ai eu beaucoup de plaisir à photographier l’humain, des situations très simples”, ces choses qui, avec le temps, “ont un intérêt parce que c’était une époque très différente. Tout a tellement changé !” dit-elle.

sabine weiss mannequin dio
Mannequin. Maison Dior. Photo Sabine Weiss

A l’extérieur du Kiosque on peut voir de grands formats d’œuvres emblématiques de la Bretagne des années 50, réalisées par Sabine Weiss. Il y a aussi ce reportage, commandé par le magazine Vogue, réalisé dans l’intimité d’un mariage traditionnel et ses photos empreintes de nostalgies des métiers d’artisans (brodeuses, etc.) qui nous plongent dans un monde qui n’est plus… Sabine Weiss a voyagé partout, en Europe, au Maroc, en Inde, Egypte et aux Etats-Unis. Chaque scène, chaque personnage, chaque mouvement de foule vit dans son objectif, lequel sublime le quotidien. Une magistrale photographe “indépendante et vive, sensible à l’être humain et à sa vie quotidienne” souligne Virginie Chardin, commissaire de cette riche exposition à découvrir jusqu’au 6 septembre.

Texte Jane Hoffmann 

  • Exposition Sabine Weiss: une vie de photographe” – le Kiosque à Vannes, Esplanade Simone Veil, Rive droite du port, jusqu’au 6 septembre 2020, de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h, entrée libre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.