francis cabrel francofolies
Francis Cabrel (photo) (LP/Olivier Lejeune / Maxppp)

Francofolies. Francis Cabrel a repris la route des festivals. Lundi 12 juillet, après 17 ans d’absence aux Francofolies, il avait «carte blanche » sur la grande scène Jean-Louis Foulquier. L’ occasion pour le chanteur d’Astaffort de dévoiler les chansons de son nouvel album «A l’Aube revenant », devant un public conquis, mais clairsemé en raison du Covid et du pass sanitaire.


Tout est en place chez Francis Cabrel et les arrangements sonnent à la perfection. Chaque mot, chaque note ici est réfléchi, jamais proposé au hasard. Question de respect pour le public et de travail bien fait. Artisan de la chanson, il cisèle son ouvrage en troubadour aussi sensible que réservé, incapable d’approximation, composant des ritournelles et des mélodies qui caressent l’oreille


francis cabrel francofolies
Francis Cabrel (photo) (LP/Olivier Lejeune / Maxppp)

Ce devait être une soirée «carte blanche» à Francis Cabrel, où l’on attendait des surprises. Ce fut finalement un concert tout entier consacré au chanteur d’Astaffort (Lot-et-Garonne), sans invités. Un concert sans temps morts donné par le chanteur absent des Francofolies depuis 17 ans, dans «cette place magnifique, absolument essentielle à la chanson française » lance-t-il, heureux de ces retrouvailles.



Ce soir, le chanteur est venu nous présenter « quelques-unes de mes compositions » dit-il sobrement. Emboitant le pas de Jane Birkin qui quelques minutes auparavant, se produisait sur la même scène Jean-Louis Foulquier, il a ouvert son concert par «Peuple des fontaines », chanson extraite de son dernier album «A l’Aube revenant », avant de reprendre « Jusqu’au pôle», un titre sur le thème du réchauffement climatique et des glaciers qui fondent.

On le sait, Francis Cabrel n’est pas un expansif, c’est même un grand timide, Peu bavard, c’est dans ses chansons qu’il exprime le mieux ses sentiments. Voici «Sarbacane », dont le tempo country-rock fait danser le parterre clairsemé en raison du Covid et du pass sanitaire -de quoi faire monter la température de ce mois de juillet plutôt frisquet- ou encore «Je t’aimais, je t’aime, je t’aimerai » reprise en chœur par la foule : «jolie chorale !», sourit-il. Il chante aussi l’émouvante «Te ressembler» en hommage à son père ouvrier.


Francofolies. Francis Cabrel de retour sur «cette place essentielle à la chanson»


Tout est en place chez Cabrel et les arrangements sonnent à la perfection. Le chanteur a dédié sa vie à la poésie et à la musique. Chaque mot, chaque note ici est réfléchi, jamais proposé au hasard. Question de respect pour le public et de travail bien fait. Artisan de la chanson, il cisèle son ouvrage en troubadour aussi sensible que réservé, incapable d’approximation, composant des ritournelles et des mélodies qui caressent l’oreille.

Sans se départir d’une certaine retenue, sincère et simple, il laisse parler son cœur, entouré de musiciens chevronnés (Denis Benarrosh (batterie), Alexandre Léauthaud (accordéon), Freddy Koella (guitares), Nicolas Fiszman (basses) et de trois choristes. Un lopin de terre, du soleil sur un vieux mur, du bois fendu, une robe légère… lui suffisent pour trouver l’inspiration. Soudain résonne « Petite Marie » mais aussi «Encore et encore », «Est-ce que ce monde est sérieux ?», où il prend position contre la corrida.



Au rappel, il interprète «Hors-saison», sans guitare, debout au micro, dans une version réarrangée au rythme ralenti et clôt en beauté avec «La Dame de Haute-Savoie». Les beaux moments sont toujours trop courts. Ceux passés en compagnie de Francis Cabrel, le sont davantage. Sous le croissant de lune des Francofolies et un ciel traversé de nuages, il nous a apporté une grande part de bonheur en cette époque incertaine, dans une mise en scène épurée, laissant place à l’émotion. Un moment rare signé d’un grand de la chanson française.

Victor Hache

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.