serge gainsbourg
"Gainsbourg, toute une vie", un documentaire inédit à voir vendredi 26 février sur France 3

Télé. Serge Gainsbourg nous a quittés le 2 mars 1991, à l’âge de 62 ans. À l’occasion du 30ème anniversaire de sa disparition, France 3 invite à découvrir « Gainsbourg, toute une vie ». Un documentaire inédit qui brosse le portrait intime de l’artiste et jette un nouveau regard sur l’homme secret, pudique, drôle et émouvant qu’il était, loin des masques du provocateur Gainsbarre.

serge gainsbourg
« Gainsbourg, toute une vie », un documentaire inédit à voir vendredi 26 février sur France 3

Ce soir, France 3 invite à plonger dans l’univers de Serge Gainsbourg au travers d’un portrait de l’artiste et de l’homme secret, pudique, mélancolique, drôle et émouvant qu’il était dans la vie. Un documentaire sur le Gainsbourg intime, loin de son image publique, aux nombreuses archives inédites, réalisé avec la complicité de Jane Birkin et de leur fille Charlotte Gainsbourg, laquelle a accepté de parler de son père, pour la première fois devant une caméra. Des images qui révèlent un Gainsbourg sensible, entièrement tourné vers la création et ses proches, loin des masques du provocateur, Gainsbarre: « j’ai mis un masque de cynique, que je n’arrive plus à retirer » disait-il.

Un film de Stéphane Benhamou et Sylvain Bergère, porté par la voix de l’acteur Romain Duris, qui permet de mieux cerner le monde empreint de mélancolie du chanteur, lequel se plaisait à « maquiller outrageusement la pudeur de ses sentiments », comme il le disait lui-même: « En définitive, je suis resté en filigrane cet enfant timide et secret qui implique candeur, innocence, insoumission et sauvagerie ».

gainsbourg toute une vie
Serge Gainsbourg. Photo DR

Un projet né de la volonté des réalisateurs de montrer la véritable personnalité de Serge Gainsbourg : « Jeune assistant ou photographe débutant, nous avons plusieurs fois croisé Serge Gainsbourg. C’était au mitan des années 80 quand on ne le voyait plus qu’en Gainsbarre sur les plateaux de télévision. Une caricature dont il se servait dans les médias mais qui n’avait rien à voir avec l’homme si attentionné, si touchant que nous avions pu entrevoir » expliquent les auteurs : « Qu’on aime Gainsbourg autant que nous ou qu’on adore le détester, qu’on le trouve génial ou insupportable, laid ou beau, on ne peut rester indifférent devant l’artiste et son œuvre qui ont traversé tous les styles, les ont devancés, réinventés. » 

Victor Hache

  • Voir: « Gainsbourg, toute une vie » de Stéphane Benhamou et Sylvain Bergère, vendredi 26 février sur France 3 – 21:05

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.