charlton heston ben hur
Charlton Heston dans "Ben-Hur" de William Wyler

Télé. “Ben-Hur” est plus qu’un film, c’est “le” spectacle dans toute son ampleur, un drame humain, une élévation spirituelle, inoubliables. Tout ce qu’on a écrit, dit, vu de “Ben-Hur” est en-deçà de la légende. C’est aussi l’histoire d’un pays, terre d’orgueil, implacable pour ceux qui y vivent, au premier siècle de notre ère, pillée par les envahisseurs venus de Rome. Contre cette armée, son administration, émergera un homme. Aidé de quelques uns seulement, sa doctrine religieuse envahira le Moyen-Orient puis l’Occident tout entier. C’est tout cela qu’a montré William Wyler le réalisateur de cette super production. A voir dimanche 20 décembre – Arte 21:00 

Tournée en 1958, le succès du film “Ben-Hur” fut phénoménal; il se classe parmi les 20 réalisations les plus rentables du cinéma d’Hollywood 

charlton heston ben hur
Charlton Heston dans “Ben-Hur” de William Wyler

Ben-Hur”, film aux onze Oscars, fait pour les temples grandioses du cinéma, dont le Gaumont Palace de Paris à l’époque, aujourd’hui disparu, passe pourtant très bien à la télévision. Des décors bluffants, façon antique, aux scènes désormais légendaires : la bataille navale, la course de chars, la montée au Golgotha, les quelques 1 200 figurants, réels et ne devant rien au digital, nous font encore tourner la tête…et, au milieu de ce gigantisme, un homme va se dresser contre l’image de l’envahisseur : Ben-Hur le prince juif contre Messala le Tribun romain, dont le destin va croiser celui d’un homme, Jésus.

Ben-Hur” raconte l’histoire de deux hommes, inspirée du roman américain de Lewis Wallace, “A Tale of the Christ” (1880)- le livre le plus vendu au 19ème siècle dépassant même “La Case de l’oncle Tom”. Il nous dit qu’un jeune prince hébreux de Jérusalem, Judah Ben Hur (Charlton Heston), à l’époque de la conquête de la Judée par les Romains, est forcé par les événements à se dresser contre eux. Nous sommes en l’An 30 de notre ère.

Il retrouve son ami d’enfance, presque son frère, Messala (Stephen Boyd), jeune Romain qui vient d’être nommé Tribun, venu prendre ses quartiers à Jérusalem. Le Romain demande à Judah de lui donner les noms des juifs qui complotent contre Rome. Celui-ci refuse.

Suite à un incident causé par la sœur de Judah, cette dernière et sa mère sont arrêtées et jetées en prison, lui étant envoyé aux galères. Messala le hait. Grâce à une bataille navale contre des pirates grecs, pendant laquelle il sauve la vie de Quintus Arrius (Jack Hawkins), général commandant la galère, il est désenchaîné. Reconnaissant, celui-ci l’emmène avec lui à Rome, puis l’adopte. Judah y restera trois années. Puis il le quitte pour revenir à Jérusalem. Ce sera la guerre entre Messala et Ben-Hur qui lui rend sa haine, l’affrontement dans l’haletante course de chars (11 minutes à l’écran) où Messala déploie toute sa félonie, sa quête pour retrouver sa famille où dans le même temps il croisera Jésus.

William Wyler, né Wilhelm Weiler à Mulhouse en 1902, mort à Los Angeles en 1981, a réalisé de nombreux films, dont “Vacances romaines”, “La Rumeur”, “L’obsédé”,Funny Girl”, “Comment voler un million de dollars”

PourBen-Hur”, il eut pour assistant Sergio Leone et un des réalisateurs de la 2ème équipe fut Mario Soldati, la course de chars, elle, étant due à Yakima Canutt. Quant à la musique, sublime, elle est de Miklos Rozsa, et a influencé  de nombreuses musiques de films.

ben hur charlton heston
“Ben-Hur”, la course de chars

Le tournage eu lieu en 1958 à Cinecitta (Rome) qu’on nomma “Hollywood-sur-Tibre”. A la remise des Oscar à Hollywood en 1959, le film reçut onze statuettes ! Au départ, Wyler hésitait à confier à Charlton Heston le rôle-titre. Il venait de lui faire tourner “Les Grands espaces” face à Gregory Peck, un western où il jouait le méchant. Rock Hudson, Burt Lancaster furent pressentis mais Heston l’emporta grâce à son interprétation de Moïse dans Les Dix Commandements” (1956). Le succès du film fut phénoménal; il se classe parmi les 20 réalisations les plus rentables d’Hollywood.

charlton heston marche civique washington 1963
Les acteurs Harry Belafonte, Charlton Heston, Burt Lancaster et Sidney Poitier à Washington lors de la Marche pour l’emploi et la liberté (1963)• Crédits Getty

Quant à Charlton Heston, acteur controversé dans les dernières années de sa vie, il donna pourtant son cachet à Orson Wells afin que le tournage de “La Soif du mal” (1956) se poursuive, les studios cessant de le produire. Il réitérera avec Sam Peckinpah pour “Major Dundee” en 1966. Il fit partie également, avec Marlon Brando, Paul Newman, Sydney Poitier, Harry Belafonte entre autres, du cortège qui défila à Washington pour les droits civiques des noirs, aux côtés de Martin Luther King le 28 août 1963. Son engagement, sur le tard, pour la National Riffle Association (NRA) occulta malheureusement ses engagements en faveur du théâtre principalement, qui lui tenaient à cœur. Il avait consacré l’année 1960  aux planches et à Shakespeare. Il admirait le comédien anglais Laurence Olivier et intercéda afin qu’il joue à ses côté dans “Khartoum” le rôle du Mahdi, un “fou” de dieu, déjà !

Jane Hoffmann

  • “Ben-Hur” de William Wyler avec Charlton Heston, Stephen Boyd, Jack Hawkins, Haya Harareet… A voir dimanche 20 décembre – Arte– 21:00

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.