al pacino
Al Pacino dans "Scarface"

Télé. Après le film « L’Impasse » de Brian De Palma, Arte diffuse « Le Bronx et la Fureur ». Un magnifique documentaire sur Al Pacino, acteur mythique de la saga du « Parrain » et de « Scarface » et passionné du théâtre de Shakespeare. Un portrait de l’acteur devenu une légende d’Hollywood, à voir dimanche 6 février -23:20.

al pacino
Al Pacino : «Le Parrain», 1972. TCD / Visual Press Agency

A 81 ans, Al Pacino, que l’on retrouvera cette année dans trois nouveaux films, fête 50 ans d’une carrière incroyablement riche. Après, le film « L’impasse » de Brian De Palma, dans lequel il joue un truand repenti, Arte diffuse le documentaire « Le Bronx et la Fureur ».

Un portrait de l’acteur devenu une légende d’Hollywood. De l’émouvant junky dans «Panique à Needle park» à  la saga  «Parrain» I, II, III, en passant par «Serpico», flic barbu immergé dans sa ville de New-York, Al Pacino reste le plus important comédien du cinéma américain- ce cinéma tellement moderne, innovant, qui ressuscite à chaque décennie l’art de montrer la vie.

al pacino
Al Pacino : tournage du film « Serpico » du réalisateur Sidney Lumet. © Paramount Pictures / Getty Images

De 1969 aux années du « Parrain », Al Pacino est notre miroir. Il traverse les périodes, laissant son empreinte dans ce siècle finissant, avec «L’Epouvantail», «Un Après-midi de chien», « Scarface», «L’Impasse» ou encore «Heat» et n’en finit pas de nous éblouir par son talent, sa sincérité, son effacement devant certains rôles ou l’ampleur de ses compositions.



Al Pacino est né dans le South Bronx, quartier populaire de New York, le 25 avril 1941, de parents émigrés italiens. Depuis, le gamin est devenu un mythe aussi passionné de cinéma que du théâtre de Shakespeare, comme en témoigne son documentaire « Looking for Richard ».

americain buffalo
Al Pacino dans le rôle de Walter « Teach » Cole dans la pièce de David Mamet « American Buffalo » au Duke of York’s Theatre, Londres, le 28 juillet 1984
looking for richard
« Looking for Richard »

Entré à l’Actor’s Studio à l’âge de 24 ans, il y restera près de quatre ans et ses modèles seront Marlon Brando et Lee Strasberg, fondateur – avec Elia Kazan – de la célèbre école de comédiens. «On apprend de ses échecs. Il vaut mieux ne pas savoir et tenter, essayer toujours» disait Strasberg. C’est également le jeu de Ray Miland dans «Le Poison» qui le hantera longtemps. Pour le rôle de «Serpico», il lancera la mode du bonnet, disant adieu aux feutres des flics et des gangsters. Une légende qui n’en finit pas de durer et de nous faire rêver.

Jane Hoffmann

  • A voir : «Le Bronx et la fureur» écrit et réalisé par Jean-Baptiste Pérétié, dimanche 6 février sur Arte -23:20

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.