les chiens de navarre tout le monde ne peut pas etre orphelin
Dans "Tout le monde ne peut pas être orphelin", tout part en vrille (c) Ph. Lebruman

Après s’être attaqués à l’identité nationale, les chiens de Navarre partent à la conquête d’un autre sujet tout aussi polémique : la famille ! Plus irrévérencieuse encore, leur nouvelle création – “Tout le monde ne peut pas être orphelin” – prouve que cette compagnie déjantée n’a rien perdu de son mordant. Bien au contraire.

“On rit (beaucoup), on s’offusque (souvent) on s’épouvante (de temps en temps), mais on ressort de la dernière création des Chiens de Navarre gonflé par une certitude : la famille idéale n’existe pas.”

les chiens de navarre tout le monde ne peut pas etre orphelin
(c) Ph.Lebruman

On ne change pas une formule qui gagne, c’est bien connu. Comme à l’accoutumée, la nouvelle création des Chiens de Navarre débute pendant que les spectateurs s’installent. Les comédiens s’affairent autour d’une grande table où ils s’apprêtent à dîner, faisant totalement fi du monde qui s’agite autour d’eux à la recherche du siège idoine. Sauf que pour ce spectacle coproduit par la Maison des Arts de Créteil, la composition de la troupe à changé. Pour jouerTout le monde ne peut pas être orphelin”, le metteur en scène, Jean-Christophe Meurisse, a notamment casté deux anciens Deschiens – Olivier Saladin et Lorella Cravotta – qui interprètent un couple de parents vieillissants réunissant leurs enfants (et leurs conjoints) pour Noël.

Après s’être attaqué au couple, à l’identité nationale ainsi qu’à une palanquée d’autres sujets qui fâchent, Meurisse a choisi d’en découdre avec un thème tout aussi polémique : la famille ! Comme on peut s’y attendre, tout commence par un tableau parfait. Les protagonistes trinquent, se prennent en photo, badinent gentiment entre la cuisine et le salon. Mais avec les Chiens de Navarre, rien ne peut jamais rester lisse bien longtemps et très vite, tout part en vrille. Osons même un brin de vulgarité : tout par en couilles… Car de couilles, il en est justement question !

Impossible de raconter – spoiler n’est pas jouer – mais ce nouveau spectacle prouve que les Chiens de Navarre n’ont rien perdu de leur mordant. Durant une heure et demie, les sept comédiens incarnent une multitude de rôles qui repoussent chaque fois un peu plus loin les barrières des tabous et de la provocation familiaux. On rit (beaucoup), on s’offusque (souvent) on s’épouvante (de temps en temps), mais on ressort gonflé par une certitude : la famille idéale n’existe pas. Et alors ?

  • Les Chiens de Navarre “Tout le monde ne peut pas être orphelin” – En tournée dans toute la France jusqu’en juin 2020.

Lire aussi: Théâtre. Stéphane Freiss / Romain Gary : l’évidence d’une rencontre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.