michel houellebecq et gerard depardieu dans le film thalasso

Cinéma. Prenez un centre de remise en forme, mettez-y Michel Houellebecq et Gérard Depardieu en tandem pendant une heure trente, laissez-les parler de tout et de n’importe quoi, sauf de leur régime, écoutez-les, savourez, vous obtenez “Thalasso“. Un film à l’humour sacrément décalé signé Guillaume Nicloux.

Tout est décalé, rempli d’autodérision dans “Thalasso. Tout le film se tient en équilibre parfait, à condition d’accepter l’improbable, le non-sens, l’insolite des situations

houellebecq et depardieu dans thalassoEnfin un film de rentrée pas morose. Thalasso nous emmène à Cabourg en hiver. Cabourg et ses plages sans fin, le centre de remise en forme presque désert, une pléthore de serviteurs, masseuses, sortes de bourreaux gentils, inquiétants. Le réalisateur Guillaume Nicloux (“Le poulpe“, “Le concile de Pierre“, “La religieuse“…) nous fait entrer dans  ce laboratoire des bons sentiments : interdit de fumer, interdit de boire du vin, manger une mousseline de courgettes et une banane confite, boire de l’eau, tout ceci en un seul repas, parce que ça fait du bien au corps. Heureusement, Nicloux et son tandem de deux acteurs savoureux, un vrai, un occasionnel, sont là pour tordre la vérité.

Michel Houellebecq, tellement naturel, en peignoir blanc. Jamais coiffé, résigné à ne pas boire de vin, il accepte bon gré malgré les enveloppements de boue, râle pendant la cryothérapie, s’ennuie à mourir dans cette cure et parle de mort et de résurrection. Gérard Depardieu évolue lui aussi dans son peignoir blanc, mais paraît plus serein car il a dans sa suite ses réserves de vin, apparemment grands crus, et ses rillettes.

Ils devaient se croiser dans les couloirs déserts. Gérard invite Michel dans sa chambre. Il s’en suit des conversations de comptoir, deux potes qui parlent de politique – propos savoureux – de cirrhose “si tu ne bois pas, t’en n’as pas“, de l’enlèvement de Michel cinq années auparavant par une bande de petits loulous avec lesquels il a gardé des relations plutôt amicales….

Tout est décalé, rempli d’autodérision, parfois la voix de Houellebecq est à peine audible, il est fragile face à l’ogre Depardieu. Ils se complètent à merveille, amicaux, sympathiques, alcooliques non anonymes, montrant leur corps sans complexe et se moquant d’eux-mêmes.

Tout le film se tient en équilibre parfait, à condition d’accepter l’improbable, le non-sens, l’insolite de leur situation, les discussions philosophiques avec les malfrats (qui avaient enlevé Michel), les digressions sur la religion, le sexe, comment faire revenir au foyer la mère de l’un d’eux âgée de 80 ans, qui est partie pour de bon, abandonnant son mari et son fils de 45 ans…

Une Thalasso drôle et rafraîchissante. Un grand bravo au spectateur qui trouvera la réponse à l’énigme trouvée dans une douille de pistolet “La référence à la vérité est plus importante que la vérité“. Vous avez 1h30 pour plancher !

Thalasso“, de Guillaume Nicloux, avec Michel Houellebecq, Gérard Depardieu, Maxime Lefrançois, Mathieu Nicourt… 1h33.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.