spectacle CIrkus Cirkör Boréales
Le spectacle Cirkus Cirkör aux Boréales de Caen

Durant dix jours, du 15 au 25 novembre, Les Boréales ont vécu au diapason des cultures nordiques et des pays baltes invités d’honneur du festival, dont la 27ème  édition a accueilli 150 spectacles, transformant Caen en véritable cité viking.

Le festival Les Boréales a fait de Caen et sa région un lieu de création exceptionnel, permettant de prendre le pouls des cultures des pays nordiques qui ici, s’expriment en beauté 

On s’attendait à un vent polaire, mais en ce week-end de clôture de la 27ème  édition du festival Les Boréales, le froid semblait s’être arrêté aux remparts du château de Caen. Un temps d’automne idéal pour flâner dans la cité de Guillaume le Conquérant, qui, depuis 1992, met en valeur les cultures nordiques héritées des vikings ayant marqué de leur empreinte les villes de la Manche. Cette année, les pays baltes (Estonie Lituanie, Lettonie) sont à l’honneur et plus de 150 spectacles, dont 90 gratuits venus du nord, forment l’ossature d’un événement pluridisciplinaire unique en France où se mêlent, littérature, musique, spectacles vivants et expositions. Un festival dont le succès ne se dément pas, avec 40 000 personnes présentes à chaque édition: «On a réussi un pari assez simple qui est de faire un festival en France qui corresponde à la manière dont la culture est pratiquée en Europe du nord » explique Jérôme Rémy, directeur artistique de la manifestation, «un événement horizontal qui refuse de hiérarchiser, de choisir entre l’opéra et la pop music, entre la littérature et la danse, entre le design et la photographie. On considère que tous les gestes artistiques participent d’un même mouvement qui est celui de rendre la vie un peu plus agréable et d’enrichir les citoyens. Ce sont des valeurs enracinées et fortes dans les sociétés scandinaves »

spectacle wild minds
La pièce « Wild minds », du suédois Marcus Lindeen

A la Halle aux granges, la pièce « Wild minds », du suédois Marcus Lindeen, mettait en scène cinq acteurs amateurs, assis parmi les spectateurs, tous en cercle. Au centre, rien. Ils expliquent, se questionnent et échangent à propos de leurs rêves compulsifs, en une sorte de thérapie de groupe. Ils font part d’une voix douce de leurs rêveries qui jamais ne les quittent, vivent en eux, se transforment en obsession, telle une pensée parallèle, bien qu’éveillés et conscients. Les spectateurs repartent en silence presque troublés par cette expérience au croisement de la performance et du théâtre.

On se remet de nos émotions au Portobello avec Dafuniks. Hip-hop, funk, soul… le groupe danois fait tourner les platines et fusionnent les sons à merveille. Le public ne s’y  trompe pas, dansant jusqu’à très tard dans la nuit.

Hildur Knútsdóttir écrivaine islandaise présente aux boréales
L’écrivaine islandaise Hildur Knútsdóttir

Pour We Culte, l’un des temps forts du festival aura été les rencontres littéraires en présence d’écrivaines islandaises à l’Auditorium du Musée des Beaux-Arts de Caen, où la question du repli ou de l’ouverture de l’Islande était abordée. Hildur Knútsdóttir parle de son roman «Dernier hiver», une histoire angoissante touchant à la SF, où les aliens ont envahi l’Islande et massacrent les habitants. De quoi échanger autour des thèmes de la fiction, de l’écologie, de l’humanité, de la vie quotidienne ou de la démocratie islandaise.

l'écrivaine islandaise Sigríður Hagalín Björnsdóttir aux boréales
L’écrivaine islandaise Sigríður Hagalín Björnsdóttir

Sigríður Hagalín Björnsdóttir évoque « L’île », son premier roman. Elle est journaliste (présentatrice du JT à la télévision islandaise), brillante, souriante. Dans son livre, elle imagine une Islande où toutes les communications avec le monde extérieur ont été coupées. Isolée, comment la population s’adaptera-t-elle, qu’elle sera la place de l’étranger dans cette nouvelle société? La journaliste-écrivaine parle avec une sincérité évidente, des problèmes de la société islandaise liés à l’environnement. Les Islandais paraissent ainsi naturellement imprégnés des grands thèmes écologiques au contraire des Français qui ont découvert cette question depuis une vingtaine d’années et en ont fait une croisade militante.

l'écrivaine groenlandaise Nikiak Korneliussen aux boréales
L’écrivaine groenlandaise Nikiak Korneliussen

Autre rencontre passionnante, celle avec l’écrivaine groenlandaise Nikiak Korneliussen venue présenter son premier roman “Homo sapienne” . Il raconte l’existence de cinq jeunes dans la ville de Nuuk, capitale du Groenland, qui réfléchissent à leur identité (gais, trans, queer, bi) et au désir d’être soi, d’une langue forte et sensible. Elle a d’ailleurs tenu à traduire elle-même son roman, du Groenlandais au danois. Tolérante, ouverte aux questions de société, elle est sympathique, à l’écoute des interrogations du public. Une rencontre qui aurait pu être plus enrichissante grâce à une interprétation avertie de la lecture du roman. Les trois écrivaines dédicaçaient leurs ouvrages après les débats. La foule était compacte, déterminée à acheter les livres des trois auteures nordiques.

Un e des scènes du spectacle Cirkus Cirkör aux Boréales
Le spectacle Cirkus Cirkör aux Boréales

Le soir, au Théâtre de Caen, on a assisté au spectacle « Epifonima » de la compagnie suédoise Cirkus Cirkör, mélange du Cirque du Soleil, de trapèzes et de contorsionnistes. Une création qui met à l’honneur les voix de femmes, leur façon de s’organiser et de créer. Sur scène sept personnages féminins, des corps tout en puissance, souples, vifs. Un spectacle accompagné d’une excellente bande sonore tendue vers l’onirisme, qui hélas, n’imprégnait que rarement la scénographie.

Autant de spectacles et d’événement qui font de Caen et sa région un lieu de création exceptionnel, permettant de prendre le pouls des cultures du nord qui ici, s’expriment en beauté. En 2019, la Norvège sera l’honneur, avant le Danemark en 2020 et la Suède en 2021 à l’occasion des trente ans des Boréales.

Les 27èmes Boréales se sont déroulées du 15 au 25 novembre à Caen et sa région: http://www.lesboreales.com/wp-content/uploads/2018/09/2018_BOREALES_PROGRAMME_BAT_150dpi-compressed.pdf

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.