bob dylan
Bob Dylan revient avec "Rough and Rowdy Ways", son 39ème album. Photo Columbia/Sony music

Musique. A 79 ans, Robert Zimmerman alias Bob Dylan revient avec l’excellent “Rough and Rowdy Ways”, son premier album de chansons originales depuis “Tempest” en 2012.

“Rough and Rodwy Ways”, un album poétique, mélancolique et littéraire où Bob Dylan, auteur-compositeur-interprète et Prix Nobel de littérature 2016, revient à une période plus personnelle grâce à un répertoire de chansons originales qui s’inscrivent dans la tradition folk-blues américaine

bob dylan
Bob Dylan. Photo Gareth Fuller

Il fallait laisser passer le brouhaha de l’étrange Fête de la musique marquée par le Covid-19, pour apprécier toutes les nuances du nouvel album de Bob Dylan “Rough and Rowdy Ways” sorti vendredi 19 juin. On écoute les premières mesures de son 39ème opus, sa voix psalmodiée, ses subtils arrangements rock-folk, et on se dit que non, l’homme n’a pas 79 ans. Et pourtant, Robert Zimmerman alias Bob Dylan, est bien là très en forme à l’aube de ses 80 ans, avec toujours ce goût pour les mots et sa musique populaire et cérébrale à la fois, qui ont fait de lui une icône de la chanson-folk depuis son premier album éponyme en 1962.

Bob Dylan n’a pas dit son dernier mot, mieux, il a encore beaucoup à raconter. En témoigne “Rough and Rowdy Ways”, son premier album de chansons originales depuis “Tempest” en 2012, qui arrive après sa trilogie de reprises de chansons popularisées par Franck Sinatra. Un disque de dix morceaux, essentiellement des ballades, notamment précédé de Murder Most Foul”, titre de 17 minutes où il évoque l’assassinat de John F. Kennedy en 1963.

Un univers sensible où l’auteur-compositeur-interprète et Prix Nobel de littérature 2016, revient à une période plus personnelle grâce à un répertoire qui s’inscrit dans la tradition folk-blues américaine. A l’image du morceau d’ouverture “I Contain Multitudes”, chanson en forme d’autoportrait où il se décrit comme “un homme de contradictions et d’humeur changeante”. On trouve également l’excellent “False Prophet” interprété sur un tempo plus rapide, où une fois encore il prend du recul sur son statut de figure majeure de la musique populaire et affirme : “je ne suis pas prophète, je dis ce que je sais”.

Des chansons comme toujours chez Dylan empreintes de poésie, aux nombreuses références littéraires (Edgard Allan Poe, William Blake, Ginsberg, Kerouac…). Le folk-singer laisse ainsi libre cours à son imaginaire entre titres introspectifs et regard sur notre époque, dans laquelle il se reconnait de moins en moins. Avec “Rough and Rowdy Ways”, l’énigmatique Bob Dylan nous emmène sur les chemins escarpés d’un registre où se mêlent émotion, métaphore poétique et textes philosophiques. Un très grand album dans lequel le folk-singer se réinvente magnifiquement.

Texte Victor Hache

“Rough and Rowdy Ways” de Bob Dylan, Columbia/Sony music

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.