la rivière rouge
"La Rivière rouge" : John Wayne et Montgomery Clift

Télé. «La Rivière rouge» d’Howard Hawks n’est pas qu’un western, c’est une histoire d’amour-haine entre un père qui ne sait que travailler dur exploitant ses vachers, et son fils. Ce dernier est relégué au même rang affectif qu’eux. Mais le fils, suite à un événement dramatique qui aura lieu pendant la conduite du troupeau à mener (sur plus de 1 600 kilomètres), saura s’opposer à son père en créant une sorte de mutinerie. Un film inoubliable sorti en 1948 et un drame intense entre deux géants du cinéma, John Wayne et Montgomery Clift. A voir mardi 30 novembre sur C8 -21:20.


« La Rivière rouge » : l’affrontement impitoyable entre un père et son fils


Le film «La Rivière rouge» se déroule sur deux époques : la première met en lumière deux cow-boys se dirigeant vers le Texas, sorte de terre promise pour l’élevage du bétail. L’un, Tom Dunson (John Wayne) quitte le convoi et sa femme avec Groot Nadine (Walter Brennan). Quelques jours plus tard, ils recueillent un jeune garçon et sa vache, Matthiew Garth (Montgomery Clift), seul survivant de la caravane qui a été attaquée par les indiens.

Ils s’installent tous les trois près du Rio Grande pour y bâtir un ranch et pouvoir posséder un jour un très grand troupeau.



la rivière rouge
« La Rviière rouge » de Howard Hawks -1948

La seconde époque se déroule quatorze ans après. Tom Dunson possède un vaste domaine d’environ 9 000 têtes de bétail. Il ne peut les vendre car la guerre civile a appauvri le Sud et il ne trouve pas d’acheteur. Il forme alors le projet fou d’amener son troupeau jusqu’au Missouri.

La volonté et le courage de Dunson n’ont d’égal que sa tyrannie. Durant le parcours de 1 600 kilomètres à travers les grands espaces sauvages de l’Ouest, sa dureté obligera ses hommes à se rebeller, aidés par son fils adoptif Matt. Son intransigeance n’est acceptable que par l’obligation qu’il s’est faite envers les états du middle-west, qui manquaient terriblement de viande après la guerre.

« La rivière rouge » est un grand et beau film, humain, complexe, traitant déjà par le biais du western du conflit de génération et d’un début de « lutte des classes ». L’interprétation de Montgomery Clift est époustouflante, habillant son rôle d’un jeu très «Actor’s Studio» dans ce western inoubliable (Paul Newman et Marlon Brando y parviendront eux aussi, mais plus tard). Il vole, presque, la vedette à John Wayne.



la rivière rouge
« La Rivière rouge »: Montgomery Clift et Joanne Dru

Borden Chase a écrit le scénario d’après son roman «The Chishom trail». Howard Hughes en est le producteur et c’est la première fois que Hawks dirigeait John Wayne. Le jeune Mongomery Clift a été choisi pour lui faire face, Wayne étant déjà acteur connu. Un film exceptionnel, dont la version raccourcie est sortie aux Etats-Unis en 1948.

Jane Hoffmann

  • A voir : «La Rivière rouge» (1946) de Howard Hawks avec John Wayne, Montgomery Clift, Joanne Dru, Walter Brennan, musique de Dimitri Tiomkin, photographie de Russell Harlan sur C8 mardi 30 novembre-21:20

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.