la maison du docteur edwardes
Gregory Peck et Ingrid Bergman dans "La maison du docteur Edwardes" d'Alfred Hitchcok

Télé/Ciné. Qui a tué le Dr Edwardes? Car c’est bien de crime dont il s’agit dans “La Maison du docteur Edwardes”, un thriller où il est question d’introspection d’un amnésique ayant usurpé son identité. Et que peut faire Constance Petersen, psychiatre réputée, dans la clinique du Vermont (Etats-Unis) où il vient d’arriver, tombée amoureuse de lui ? C’est ce que le réalisateur Alfred Hitchcock va nous aider à découvrir dans son film plein de mystère, grâce à une méthode très freudienne.

Le docteur est bien amnésique et Edwardes n’est pas son nom. A partir de cette histoire, tirée du roman de Francis Beeding “The House of Dr Edwardes”, Alfred Hitchcock nous mène en bateau jusqu’au final renversant. Le cinéaste excelle dans ce film plein de mystère traitant d’un sujet pourtant rébarbatif

Le Dr Edwardes (Gregory Peck) vient à Green Manors, clinique psychiatrique, en remplacement du Dr Murchinson qui la dirige, ce dernier partant pour une retraite anticipée. Constance Petersen (Ingrid Bergman) est psychiatre dans cette clinique et va tomber rapidement amoureuse du séduisant nouveau directeur. Mais celui-ci souffre d’amnésie et s’appellerait en fait John Brown… Elle va l’aider à retrouver sa véritable identité et ce qu’il a peut-être fait… 

Le docteur est bien amnésique et Edwardes n’est pas son nom. A partir de cette histoire, tirée du roman de Francis Beeding The House of Dr Edwardes”, Alfred Hitchcock nous mène en bateau jusqu’au final renversant, grâce à une enquête dirigée par un inspecteur de police (Art Baker), un shériff et un détective privé.

LIRE AUSSI: Télé. Le film à voir ce soir “Ascenseur pour l’échafaud” de Louis Malle

Le film, tourné en 1945, a été produit par David O. Selznick producteur de quatre films d’ Alfred Hitchcock à ses débuts aux Etats-Unis. Selznick fut exigeant et tyrannique. Il n’aimait pas le travail de Salvador Dali, demandé par Hitchcock pour illustrer la scène du rêve. Il la réduisit au maximum alors qu’initialement elle devait être de 18 minutes. Et comme toujours dans les films du maître du suspense, on s’amusera à apercevoir le cinéaste, qui apparaît à l’écran environ quarante minutes après le début de l’histoire.  

la maison du docteur edwardesLa Maison du Dr Edwardes” ou comment résoudre un crime par la psychanalyse et réussir un film fait de rebondissements bien rythmés. Le réalisateur se sert ainsi de trucages inoubliables (la scène du verre de lait ou encore celle du revolver) en utilisant à bon escient la musique sublime, comme toujours, de Miklós Rózsa, qui lui vaudra un Oscar à Hollywood en 1945. Alfred Hitchcock excelle dans ce film plein de mystère traitant d’un sujet pourtant rébarbatif.

Texte de Jane Hoffmann

  • A voir “La Maison du Dr Edwardes” d’Alfred Hitchcok – lundi 6 juillet sur Arte – 20:55

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaires
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.